SFR continue de grapiller des abonnés mobile et fixe, mais sa rentabilité a toujours du plomb dans l’aile

Altice vient de publier ses chiffres pour le 1er trimestre 2019. Si l’opérateur au carré rouge a moins recruté sur le mobile que lors de l’exercice précédent, il continue d’améliorer sa base d’abonnés, tout comme sur le fixe. Bémol, son chiffre d’affaires ne décolle pas.

Le groupe de Patrick Drahi s’en félicite : "SFR est crédité d’un bon niveau d’acquisition clients au premier trimestre sur un marché marqué par moins de promotions, tout en continuant à se concentrer et à réduire de manière significative le taux de désabonnement, tant fixe que mobile, conformément aux prévisions de l’exercice 2019, Altice France a bénéficié au premier trimestre 2019 d’une amélioration de la tendance de ses revenus ainsi qu’une réduction des coûts."

Durant les trois premiers mois de l’année, la base d’abonnés fixe a progressé et pour le cinquième trimestre consécutif avec 88 000 recrutements nets en ligne avec le trimestre précédent (+ 83 000). Parmi ceux-ci, le nombre d’abonnés fibre (câble coaxial et FFTH) a cru de 63 000 clients, loin d’Orange et Free. Au total SFR comptait selon ses chiffres 6 446 000 abonnés fixe au 31 mars dernier. L’opérateur revendique aujourd’hui avoir la plus hauteproportion d’abonnés à la fibre/coaxial dans sa base totale de clients fixes en France, à savoir 42%.

Concernant le mobile, le nombre d’abonnés à un forfait a augmenté de 117 000 contre 187 000 au quatrième trimestre 2018, grâce à l’impact positif de contenus premium (Ligue des champions), et à un meilleur réseau notamment en 4G+, indique un communiqué. L’opérateur prend encore une fois des distances avec ses rivaux, malmenés sur ce segment, en attendant les résultats de Bouygues.

Toutefois, si les voyants sont au vert sur les recrutements, SFR est crédité d’une performance financière mitigée. Après une baisse de 4,3% de son chiffres d’affaires au quatrième trimestre, l’opérateur au carré affiche une nouvelle baisse, cette fois de 1,6 % sur un an, à 2,5 milliards d’euros, reflétant " l’impact des ajouts nets positifs atténuant l’effet négatif de l’ARPU", précise l’opérateur. Sur le mobile, le chiffre d’affaire chute de 4,4%, impacté par l’intensification de la guerre des prix initié par SFR lui-même.

 

 

Publié le par
Partager sur Google + Partager sur Twitter Partager sur Facebook Alertes mail Partager
COMMENTAIRES DES LECTEURS (47)
Afficher les 42 premiers commentaires...
Posté le 11 mai 2019 à 13h00

Free n'est donc plus le premier opérateur alternatif sur le fixe, SFR lui a repris la place... au 31 mars Free avait 6 411 000 clients contre 6 446 000 pour SFR...

Posté le 11 mai 2019 à 14h28
ludohum a écrit
Free n'est donc plus le premier opérateur alternatif sur le fixe, SFR lui a repris la place... au 31 mars Free avait 6 411 000 clients contre 6 446 000 pour SFR...

C'est dans un mouchoir de poche, et peut rechanger au prochain trimestre. Ou s'amplifier.

SFR fait clairement de la chasse au volume, avec des tarifs très agressifs, tandis que Free fait le chemin inverse et privilégie l'ARPU, semble-t-il. Comme faisait SFR il y a pas si longtemps.

Ca va, ça vient.

Posté le 11 mai 2019 à 16h24
ludohum a écrit
Free n'est donc plus le premier opérateur alternatif sur le fixe, SFR lui a repris la place... au 31 mars Free avait 6 411 000 clients contre 6 446 000 pour SFR...

Voir ce que j'ai dit plus haut. Ce chiffre inclut les clients à un service de télévision payante (TV par le câble), qui étaient il y a quelques années plus de 450.000, plus les abonnés OTT à RMC sport et autres. Pour ce qui des abonnés Inter,et, SFR est encore très loin de Free (estimation par Hammette sur la fibre.info de 5.854 M d'abonnés fixes pour SFR).

Voir la note (2) du CP d'Altice, qui explique ce qui est compté dans les abonnés fixes (mais qui cache les abonnés OTT pourtant inclus) :

(2) Fibre / cable unique customers represents the number of individual end users who have subscribed for one or more of our fibre / cable based services (including pay television, broadband or telephony),

Posté le 11 mai 2019 à 16h34
Bad Ming Ton a écrit
  Ne prends pas ton cas pour une généralité. Personne n'a dit qu'il ne comprenait pas l'intérêt d'afficher le CA. On dit simplement que ça n'est pas le CA qui fait vivre. C'est la marge. Une société dont le CA explose mais qui creuse ses pertes peut courir à la catastrophe (rappelons-nous de Groupon. Et c'est peut-être ce qui attend Uber...). D'ailleurs, comme relevé plus haut, il est vrai que l'EBITDA (marge opérationnelle) est un indicateur de marge totalement stupide pour une industrie d'infrastructure, même si c'est celui suivi par les analystes et celui que Free mettait en avant pour dénoncer les trop fortes marges de ses concurrents ou pour dire qu'il margeait sur le forfait à 2 Euros. Le vrai indicateur est le résultat net (pour prendre en compte les investissements passés, qu'il faut "rembourser") ou le cash flow (pour prendre en compte les investissements actuels qu'il faut faire). Et sur ces résultats là, c'est en effet beaucoup moins glorieux pour nos chers opérateurs. Par ex, côté Iliad : en 2018, ils étaient à 476 M€ de résultat net, mais à -1,4 Mds€ de cash flow. A mon avis ça n'est pas glorieux non plus du côté des petits copains Orange, SFR, et Bouygues.

C'est tout à fait vrai, mais on sait en fait quel est le résultat net d'Altice ou de SFR. Ils sont un peu cachottierset le publie en douce quelques semaines après le CP de la présentation des résultats.

Par exemple, SFR a fait des pertes en 2018 de 450 millions d'euros, et en 2017 de 750 millions d'euros.

Voir ce document, 2eme page :

http://altice.net/sites/default/files/pdf/Altice France - Consolidated financial statements 12-2018.pdf

Posté le 13 mai 2019 à 11h22

L'ARPU n'est pas l'alpha et l'omega.

Un petit client à 5€ à vie, si il est fidèle et peu consommateur de data, ça peut être bon à prendre.

RUBRIQUE COMMENTAIRE
Bonjour, avant de poster, veuillez vous assurer d'avoir pris connaissance des règles.

X

Quatre consignes avant de réagir :

  • Rester dans le cadre de l'article. Pour des discussions plus générales, vous pouvez utiliser nos forums.
  • Développer son argumentation. Les messages dont le seul but est de mettre de l'huile sur le feu seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Respecter les acteurs de l'informatique et les autres lecteurs. Les messages agressifs, vulgaires, haineux, etc. seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Pour toute remarque concernant une faute dans l'article, merci de nous contacter exclusivement par le formulaire "signaler une erreur" lors de la sélection du texte de l'article (les commentaires portants sur ce sujet seront systématiquement supprimés).