Peut-on changer d’avis avec Free ? La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a condamné jeudi 11 juillet l’entreprise de Xavier Niel à une amende de 120.000 euros pour plusieurs manquements à ses obligations commerciales, rapporte le site spécialisé Univers Freebox. Dans le détail, Free Mobile s’est fait épingler par le gendarme administratif pour absence d’information pré-contractuelle relative à la durée de ses contrats.

En d’autres termes : une absence de clarté sur l’engagement auquel souscrivent les nouveaux abonnés. Mais ce n’est pas tout, la Répression des Fraudes a également constaté chez l’opérateur un “non-respect des effets de l'exercice du droit de rétractation”. Pour les consommateurs, ce dispositif protecteur permet de faire annuler un contrat de vente sans donner de motif et d’obtenir ainsi le remboursement de l’achat, en général pendant une période de 14 jours pour les ventes à distance.

Selon l’autorité administrative, Free Mobile ne rembourserait pas la totalité des sommes dues dans les délais impartis. D’après l’enquête, menée conjointement par la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) et la DGCCRF, l’opérateur ne respecterait pas le délai de deux semaines pour restituer l’ensemble des frais engagés par le nouvel abonné. Déjà accusée de facturer des frais abusifs lors de la restitution des mobiles de location, la filiale du groupe Iliad se retrouve une nouvelle fois dans l’oeil du cyclone. Contacté par Capital, Free Mobile n’avait pas encore réagi à nos sollicitations à l’heure de publier ces lignes.