5G : l’Arcep prévoit une solution pour assurer la cohabitation avec les technologies utilisant les mêmes fréquences

 

Avec le lancement de la 5G qui sera une réalité en France en 2020 et les possibles interférences entre les technologies de communications utilisant les mêmes fréquences, l’Arcep a réfléchi aux solutions à mettre en place. Le gendarme des télécoms soumet à consultation publique celle qui lui semble la plus pertinente.

En France, la 5G utilisera la bande de fréquences 3,4 - 3,8 GHz sur laquelle sont déjà présents les réseaux THD radio et des réseaux de boucle locale radio fournissant des services d’accès à Internet fixe. L’Arcep a ainsi réfléchi à une solution technique pour assurer la cohabitation. Le gendarme des télécoms prend des mesures pour éviter les possibles brouillages.

L’Arcep vient d’ailleurs de mettre en consultation publique une solution technique, qui s’appuie sur une consultation publique entre les 26 octobre et 19 décembre 2018 et sur les travaux d’un comité d’experts sur les réseaux mobiles sollicité en parallèle. Présentée comme « la plus pertinente », elle consiste en une « trame de synchronisation ». Celle-ci fait partie des trois solutions étudiées, avec la « séparation géographique » et « l’usage de bandes de garde et de filtres spécifiques par opérateur ». Les experts ont suggéré la trame de synchronisation, au motif qu’une « absence de synchronisation pourrait induire de très importantes distances de séparation et/ou des brouillages préjudiciables aux différents réseaux appelés à coexister dans la bande ».

Comme indiqué par le régulateur, qui invite tout contributeur à s’exprimer avant le 11 juin : « il s’agit qu’à tout instant, les équipements des réseaux fonctionnent simultanément soit en liaison montante, soit en liaison descendante ». Et d’ajouter que « ceci suppose l’utilisation d’un temps commun de référence avec une tolérance de plus ou moins 1,5 µs ». L’application de cette trame de référence doit être effective dès le 1er juillet 2020.

Publié le par
Partager sur Google + Partager sur Twitter Partager sur Facebook Alertes mail Partager
COMMENTAIRES DES LECTEURS (16)
Afficher les 11 premiers commentaires...
Posté le 13 mai 2019 à 23h08

C'est ce qui fera cohabiter 4G et 5G sur les basses fréquences ?

Ca ne réduit pas les débits dispo dans chacune des deux technos ?

Posté le 14 mai 2019 à 09h15

C'est ce qui va permettre d'offrir 4*80 MHZ sur les bandes 3.4 - 3.8 GHz, donc une pour les 4 opérateurs. Les enchères ne vont pas durer longtemps en France.

Posté le 14 mai 2019 à 10h12

Bonjour le bordel non? y a des chercheurs pour ça qui ont fait des test?

Posté le 14 mai 2019 à 11h26
Penther Sechs a écrit
C'est ce qui fera cohabiter 4G et 5G sur les basses fréquences ? Ca ne réduit pas les débits dispo dans chacune des deux technos ?

Pas de basses fréquences prévues pour la 5G en france, on te dit 3,4 à 3,8 Ghz.

Posté le 14 mai 2019 à 14h14
christophedlr a écrit
Penther Sechs a écrit C'est ce qui fera cohabiter 4G et 5G sur les basses fréquences ? Ca ne réduit pas les débits dispo dans chacune des deux technos ? Pas de basses fréquences prévues pour la 5G en france, on te dit 3,4 à 3,8 Ghz.

Ca c'est pour ce qui sera vendu aux enchères.

Mais les opérateurs veulent recycler des fréquences déjà obtenues pour d'autres technos, ça parle de plus en plus de neutralité des fréquences (t'achètes une bande, t'en fais ce que tu veux, 3G, 4G ou 5G)

Certains n'ont pas encore utilisé leur bande sur les 700MHz et pourraient y lancer la 5G, d'autres pourraient recycler la bande des 900MHz.

RUBRIQUE COMMENTAIRE
Bonjour, avant de poster, veuillez vous assurer d'avoir pris connaissance des règles.

X

Quatre consignes avant de réagir :

  • Rester dans le cadre de l'article. Pour des discussions plus générales, vous pouvez utiliser nos forums.
  • Développer son argumentation. Les messages dont le seul but est de mettre de l'huile sur le feu seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Respecter les acteurs de l'informatique et les autres lecteurs. Les messages agressifs, vulgaires, haineux, etc. seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Pour toute remarque concernant une faute dans l'article, merci de nous contacter exclusivement par le formulaire "signaler une erreur" lors de la sélection du texte de l'article (les commentaires portants sur ce sujet seront systématiquement supprimés).