L’Arcep et l’exécutif appellent à l’expérimentation de la 5G en conditions réelles dans la bande 26 GHz

L’Arcep en duo avec l’Etat lancent aujourd’hui un appel à la création de plateformes d’expérimentation 5G dans la bande de fréquences 26 GHz, ouvertes à des tiers. Objectif, identifier les nouveaux usages permis par ces fréquences mais aussi amener les acteurs à s’en approprier les possibilités.

Startups, chercheurs, entrepreneurs etc... le régulateur vous invite à participer à ce nouvel appel lancé conjointement avec le gouvernement dans le but de mettre en place des plateformes d’expérimentations 5G dans la bande 26 GHz pour favoriser l’appropriation des possibilités et identifier les nouveaux usages. Plus concrètement, cet appel s’adressé aux acteurs qui souhaiteraient disposer de fréquences sur cette bande afin "d’établir des réseaux 5G déployés à petite échelle" et ouvrir ces infrastructures à des acteurs tiers", précise le régulateur. Cette initiative vise également les acteurs désireux de tester de nouveaux cas d’usages, toutes fréquences confondues, à savoir les entreprises innovantes de technologies et de services, dont les startups et les acteurs « verticaux » (santé, énergie, ville intelligente…)
 
Dite "millimétrique", la bande 26 GHz a vocation, grâce à sa largeur importante, à offrir "des "débits inégalés et des usages inédits". Celle-ci a été identifiée en Europe comme "pionnière" pour la 5G. Le gouvernement et l’Arcep ont donc décidé d’encourager les tests en situation réelle. A noter que cette bande n’a jusqu’à présent jamais été utilisée pour des réseaux mobiles. Les acteurs tiers qui accéderont à ces plateformes, bénéficieront entre autres d’une autorisation d’utilisation de fréquences en bande 26 GHz pour une durée pouvant aller jusqu’à 3 ans.
 
Au-delà de cet appel, le gouvernement et l’Arcep ont également lancé un recensement à destination des entreprises innovantes des usages futurs basés sur la 5G. "Cet état des lieux permettra de mieux comprendre l’étendue des besoins des acteurs et de mieux les accompagner dans le développement de ces usages, notamment en facilitant la mise en relation avec les acteurs télécom", précise enfin l’Arcep. 
 
 
Pour rappel en juillet dernier, la police des télécoms a mis en exergue la nécessité de libérer cette fréquence afin de pouvoir attribuer des licences 5G. Une première étape a consisté pour l’Arcep à se rapprocher du ministère des armées qui utilise cette bande et du gouvernement pour reprendre la main. Cette dernière est également utilisée par les faisceaux hertziens pour des liaisons de raccordement sur l’ensemble du territoire. "Bien qu’il semble envisageable pour certains contributeurs de faire cohabiter temporairement les usages sur un principe de répartition géographique et fréquentiel, un risque est perçu sur une création de contraintes difficiles à résorber sur le long terme" a alors conclu l’Autorité. Ainsi c’est la migration des faisceaux hertziens sur la bande des 32 GHz avec une limitation de la durée des nouvelles autorisations au maximum jusqu’au 31 décembre 2023 qui a été envisagée.

 

 

Publié le par
Partager sur Google + Partager sur Twitter Partager sur Facebook Alertes mail Partager
COMMENTAIRES DES LECTEURS (18)
Afficher les 13 premiers commentaires...

ccool
Envoyer message
 
3038 points
Posté le 01er février 2019 à 11h31

Le seul non-sens que je vois, c'est de parler avec autant d'assurance de sujet pour lequel on a peu de connaissances, pourtant des infos sont dispo depuis au moins 2013:

Millimeter Wave Mobile Communications for 5G Cellular: It Will Work!

https://ieeexplore.ieee.org/document/6515173?reload=true&arnumber=6515173

Posté le 01er février 2019 à 18h18
ccool a écrit
Le seul non-sens que je vois,

En tant qu'expert en ophtalmologie internationalement reconnu, j'affirme que tu souffres de myopie intellectuelle.

Posté le 01er février 2019 à 21h03
ccool a écrit
Le seul non-sens que je vois, c'est de parler avec autant d'assurance de sujet pour lequel on a peu de connaissances, pourtant des infos sont dispo depuis au moins 2013: Millimeter Wave Mobile Communications for 5G Cellular: It Will Work! https://ieeexplore.ieee.org/document/6515173?reload=true&arnumber=6515173

Ma réponse est ici : Ccool !

Posté le 01er février 2019 à 21h04
Octave Ergebel a écrit
ccool a écrit Le seul non-sens que je vois, En tant qu'expert en ophtalmologie internationalement reconnu, j'affirme que tu souffres de myopie intellectuelle.

C'est juste au-dessus wink

La plus belle des insultes reste maintenant .... l'ignorance embarassed

Posté le 04 février 2019 à 22h11
Stéphane_ping a écrit
crachoveride a écrit Stéphane_ping a écrit le 26 Ghz et le 32 Ghz sont des fréquences réservées aux objets connectés, et certainement pas pour le mobile. Plus on monte en fréquence, moins la portée est bonne et plus la fréquence est sujette aux obstacles, donc ces fréquences sont un "non-sens" pour la téléphonie. Encore un argument commercial en carton... Je peux t'assurer que si, quand on fait les tests ça fonctionne impec mais c'est grâce aux mini antennes qui commence à être déployée un peu partout (sans ça deviens effectivement inutile) à la demande de l'ANFR, Phonandroid -->   https://www.phonandroid.com/5g-voici-quoi-ressembleront-antennes-installees-partout-ville.html ou encore la ou ils en parlaient déjà en 2017 même si c'était sur des fréquences plus basses --> https://www.01net.com/actualites/5g-demain-vous-verrez-ces-mini-antennes-partout-en-ville-1155337.html Je suis d'accord pour les villes à forte densité, mais dans les agglomérations et les campagnes ce sera trop compliqué, à moins d'installer de multiples antennes : pas possible, avec déjà les problèmes actuels d'implantations...

La 5G n'est de toute façon pas prévu pour la campagne.

RUBRIQUE COMMENTAIRE
Bonjour, avant de poster, veuillez vous assurer d'avoir pris connaissance des règles.

X

Quatre consignes avant de réagir :

  • Rester dans le cadre de l'article. Pour des discussions plus générales, vous pouvez utiliser nos forums.
  • Développer son argumentation. Les messages dont le seul but est de mettre de l'huile sur le feu seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Respecter les acteurs de l'informatique et les autres lecteurs. Les messages agressifs, vulgaires, haineux, etc. seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Pour toute remarque concernant une faute dans l'article, merci de nous contacter exclusivement par le formulaire "signaler une erreur" lors de la sélection du texte de l'article (les commentaires portants sur ce sujet seront systématiquement supprimés).