Malgré les requêtes des USA, la France n’envisage pas de bloquer Huawei

Alors que les Etats-Unis poussent leurs alliés à se méfier, voir bloquer, le géant chinois Huawei, la France semble pour l’instant maintenir ses relations avec le groupe.

Si Huawei est majoritairement connu du grand public pour ses smartphones, il représente aussi un équipementier télécom important au niveau mondial. Et ce sont sur ces deux points que les Etats-Unis se méfient de la firme de Shenzhen depuis des années au point que la firme est exclue du territoire en tant qu’équipementier et n’y a pas sorti certains smartphones (comme la gamme P20). 

Récemment, le pays de Donald Trump a d’ailleurs encouragé ses alliés, notamment le Japon, l’Allemagne ainsi que l’Australie à éviter de s’associer au géant chinois, du fait des soupçons d’espionnage pour le gouvernement chinois le concernant. Si ces pays ont fait davantage l’objet de plus de pressions que les autres, c’est notamment dû au fait qu’ils hébergent des bases militaires américaines et que le gouvernement américain souhaite éviter qu’on puisse l’y espionner. 

Si la France est un allié de longue date des Etats-Unis, elle est également partenaire de Huawei depuis plusieurs années. En effet, la firme de Shenzhen accompagne plusieurs opérateurs français dans leurs expérimentations sur la 5G. 

Le journal Les Echos fait ainsi mention des délibérations du gouvernement pour décider de la marche à suivre vis à vis de cet allié dans les télécoms. Si une certaine méfiance existe encore face aux risques d’écoutes et d’utilisations de données personnelles par la firme chinoise, la France ne semble pour l’instant pas décider de mettre fin au partenariat.

Cette méfiance s’exprime d’ailleurs par le choix d’une approche "pragmatique" de la collaboration avec Huawei, selon les régions et les équipements concernés. Mais il semble que le géant soit nécessaire dans le déploiement rapide (bien qu’en retard par rapport à d’autres pays) de la 5G et qu’une rupture du partenariat ne ferait que la retarder encore plus. 

Ainsi, la France semble souhaiter toujours compter la firme de Shenzhen parmi ses alliés dans les télécoms, sans pour autant en faire un acteur majeur au coeur des réseaux des opérateurs français. 

 

Publié le par
Partager sur Google + Partager sur Twitter Partager sur Facebook Alertes mail Partager
COMMENTAIRES DES LECTEURS (15)
Afficher les 10 premiers commentaires...
Posté le 27 novembre 2018 à 16h11 Citer le commentaireSignaler le commentairePartager ce commentaire sur Twitter Voter plus un Voter moins un

Orange a parfois besoin de Huawei pour apporter du débit par F.H par exemple pour le Tour de France.

Posté le 27 novembre 2018 à 17h32 Citer le commentaireSignaler le commentairePartager ce commentaire sur Twitter Voter plus un Voter moins un
J-Loo a écrit
msg a écrit On appelle ça , la guerre économique Monsieur ! etc. Euh, on parle des services de renseignement ici, le contre-espionnage, contre-terrorisme, etc.. les trucs un tout petit peu plus conséquents que ton panier Amazon ou tes achats sur eBay ou au centre Leclerc du coin.. 

Enfin un message qui relève le niveau parfois un peu trop "café du commerce" "tous pourris" sur UF.

Avatar du membre
msg
Envoyer message
 
3531 points
Posté le 27 novembre 2018 à 18h38 Citer le commentaireSignaler le commentairePartager ce commentaire sur Twitter Voter plus un Voter moins un
J-Loo a écrit
msg a écrit On appelle ça , la guerre économique Monsieur ! etc. Euh, on parle des services de renseignement ici, le contre-espionnage, contre-terrorisme, etc.. les trucs un tout petit peu plus conséquents que ton panier Amazon ou tes achats sur eBay ou au centre Leclerc du coin.. 

Les chinois n'auraient donc pas le droit de se renseigner sur les possibles menaces qui pèseraient sur leur pays ?

Les ricains craignent que leurs appareils de surveillance actuelle soient mis au rebus , ça oui !

Posté le 27 novembre 2018 à 22h30 Citer le commentaireSignaler le commentairePartager ce commentaire sur Twitter Voter plus un Voter moins un
petrus55 a écrit
ABP a écrit Bah, y'a des chances que les amerloques espionnent déjà les smartphones Apple et Android, alors pour nous, qu'est-ce-que ça change? Ils veulent juste l'exclusivité de l'espionnage! c est pas des téléphones dont les américains se soucient mais des équipements réseaux etc......

Exact !

On en parlait déjà ici il y a quelques temps : Huawei banni des etats-unis

Avatar du membre
J-Loo
Envoyer message
 
6137 points
Posté le 28 novembre 2018 à 08h11 Citer le commentaireSignaler le commentairePartager ce commentaire sur Twitter Voter plus un Voter moins un
msg a écrit
Les chinois n'auraient donc pas le droit de se renseigner sur les possibles menaces qui pèseraient sur leur pays ? Les ricains craignent que leurs appareils de surveillance actuelle soient mis au rebus , ça oui !

Tu changes de pied. Et avant que les systèmes de surveillance américains soient dépassés par les Chinois, il va se passer un peu de temps. Faut pas confondre la capacité à copier et à produire pas cher avec la faculté de recherche et d'innovation. Même si ça avance, et vite, de l'autre côté.

RUBRIQUE COMMENTAIRE
Bonjour, avant de poster, veuillez vous assurer d'avoir pris connaissance des règles.

X

Quatre consignes avant de réagir :

  • Rester dans le cadre de l'article. Pour des discussions plus générales, vous pouvez utiliser nos forums.
  • Développer son argumentation. Les messages dont le seul but est de mettre de l'huile sur le feu seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Respecter les acteurs de l'informatique et les autres lecteurs. Les messages agressifs, vulgaires, haineux, etc. seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Pour toute remarque concernant une faute dans l'article, merci de nous contacter exclusivement par le formulaire "signaler une erreur" lors de la sélection du texte de l'article (les commentaires portants sur ce sujet seront systématiquement supprimés).