« Quand on ramène un mauvais bulletin de note à la maison, on ne fait pas le malin », la police des télécoms gronde Orange

 

Le président de l’Arcep appelle Orange à un peu de "modestie" en réponse aux dernières déclarations du PDG de l’opérateur sur sa mise en demeure anticipée sur la qualité de service de la téléphonie fixe.

Dans un communiqué adressé au régulateur, Stéphane Richard a dénoncé jeudi, "une communication objectivement erronée" de l’Arcep eu égard à la mise en demeure de l’opérateur historique et à la menace brandie à son égard, à savoir une amende pouvant aller jusqu’à un milliard d’euros si celui-ci ne se met pas en conformité avec ses obligations de délégataire du service universel d’ici la fin de l’année.

De son côté, le secrétaire général d’Orange, Nicolas Guérin a également vivement réagi en jugeant notamment la forme de la mise en demeure "incompréhensible", tout en critiquant dans les lignes des Echos, le choix de la date, à la veille de la présentation des résultats trimestriels de l’opérateur historique.

Visé, le président de l’Arcep n’a pas manqué de répondre à ces critiques dès le lendemain soir, le 26 octobre, sur le plateau de Franceinfo. Sébastien Soriano persiste et signe, il y a bel et bien une dégradation progressive de la qualité de service autour du réseau cuivre. "La réalité, ce sont des abonnés du téléphone qui sont aujourd’hui sans réseau. Sur tous les indicateurs de qualité sur lesquels Orange doit obtenir des résultats, 7 sur 12 ne sont pas au rendez-vous. Je vous donne un exemple : quand vous avez le téléphone coupé, plus d’un abonné sur cinq est réparé en plus d’une semaine. Le cahier des charges prévoit que cela doit être réparé en 48 heures pour 85% des gens. Donc on a des dérapages très importants", justifie t-il avant de sermonner Orange en se fendant d’une métaphore : "Ce sont des personnes âgées, qui peuvent être coupées du monde, qui n’ont pas forcément internet... Ce sont des courriers de consommateurs, d’élus, de préfets, c’est le Défenseur des droits... Ce sont des gens qui sont en souffrance. Donc j’appelle Orange à la modestie. Quand on ramène un mauvais bulletin de note à la maison, généralement on ne fait pas le malin." Le message est passé.

L’histoire devrait toutefois se terminer par une "happy end"", "nous ne paierons aucune amende" a fait savoir le secrétaire général de l’opérateur historique puisqu’Orange rentrera dans les clous et que la situation sera rétablie "sur chacun des paramètres soulevés par l’ARCEP". 

 

Publié le par
Partager sur Google + Partager sur Twitter Partager sur Facebook Alertes mail Partager
COMMENTAIRES DES LECTEURS (21)
Afficher les 15 premiers commentaires...
Posté le 29 octobre 2018 à 12h56
Auzance a écrit
seboune a écrit C'était sarcastique, pour démontrer le rapport de force entre les deux entités. Et ce que vous répondez me choque encore davantage ! L'autre entité, c'est le représentant de l'Etat. Orange est-elle une racaille de quartier qui défie les forces de l'Etat ?? La sémantique étant posée, Soriano a bien précisé que le législatif a bien donné à l'ARCEP un pouvoir de sanction. Si l'ARCEP inflige 1 milliard d'euros à Orange, Orange devra payer. Je doute que ce soient eu qui ressortent gagnants du rapport de force. Et au-delà, je suis choqué qu'une entreprise, sous prétexte de sa taille, puisse se penser au-dessus des lois. Syndrôme GAFAM ?

Il vous en faut peu pour être choqué.


CH56
Envoyer message
 
4905 points
Posté le 29 octobre 2018 à 13h53

Bonjour

Je sais que beaucoup vivent en ville, mais nous ne sommes pas pour autant sans racines.

Il y a un devoir de couverture territoriale pour les services de base, routes, électricité, eau, téléphone... Les sociétés délégataires de ce service public agissent par contrat, de façon être payées pour le surcoût de ce service par nature déficitaire.

A ce titre, il y a un cahier des charges, très banal, donc. Personne n'exige des mesures exceptionnelles en cas de catastrophe climatique, mais les collectivités attendent un entretien régulier, des actions préventives et curatives dans un délai raisonnable.

Quand le service se dégrade et que c'est récurrent, c'est normal de se plaindre. L'ARCEP (qui dispose des moyens de suivi et met à disposition des maires "j'alerte l'ARCEP") est bien dans son rôle.

Un exemple entre autre :

https://www.lamontagne.fr/villosanges/internet-multimedia/faits-divers/2018/09/13/coupe-du-monde-un-village-du-puy-de-dome-va-porter-plainte-contre-orange_12979131.html

Il n'est pas acceptable que, pour gratter sur les prix, la maintenance soit au rabais, qu'on abandonne par exemple le pin nordique trop cher pour des poteaux en épicéa qui ont la réputation d'être plus fragiles, que les armoires soient battantes, qu'on multiplie les épissures sur un fil de cuivre très dégradé, que la maintenance mette plus d'un mois pour prendre en compte un signalement qui concerne tout un village etc.

Je ne jette pas la pierre à Orange, mais il se trouve qu'ils sont délégataires et doivent une certaine transparence sur la façon dont ils affectent les ressources perçues et sur l'utilisation des moyens affectés.

C'est la loi. S'ils ne font pas mine de réagir et continuent sur l'insolence de la réponse de Monsieur Nicolas Guérin, effectivement ça pourrait chauffer.

Posté le 29 octobre 2018 à 14h10
Necromanicus a écrit
seboune a écrit ouh là Orange a eux très très peur sur ce coup ... L'ARCEP a fait colère tout rouge. Oui mais Orange a quand même tres peur du 1 milliard d'amende s'il ne corrige pas le tir.

certes mais dans les faits, il ne se passera jamais rien. c'est une menace en l'air.

Posté le 29 octobre 2018 à 20h16
Auzance a écrit
seboune a écrit ouh là Orange a eux très très peur sur ce coup ... L'ARCEP a fait colère tout rouge. Votre commentaire me choque. J'espère que vous ne faites pas partie de ceux qui utilisent les rapports de l'ARCEP sur la qualité de service mobile comme preuve irréfutable du manque d'investissements chez Free ? Si l'ARCEP est un juge impartial, alors il l'est aussi quand il s'agit d'Orange...

L'ARCEP n'a jamais déclaré, ni sans ses rapports ni ailleurs, que Free manquait d'investissement. L'ARCEP juge la qualité de service globale, prenant donc en compte aussi l'itinérance ; l'ARCEP avait ensuite appeler Free a accélérer le déploiement du fait de la baisse de qualité a cause de l'itinérance ; hors si Free déploie plus vite, moins d'itinérance donc la qualité de service remonte.

Là l'ARCEP appel pas, il met en demeure, c'est à dire que Orange à un certains délai, dépassé ce dernier, l'ARCEP pourra sévir et Orange devra payer des frais d'astreintes (c'est le terme) par jour de retard, et les frais sont en général assez colossaux.

Posté le 29 octobre 2018 à 20h38

Menaces bidons qui ne sera jamais mise en oeuvre. Il faudra attendre les prochains chiffres dans 3 mois, non probants, puis dans 6, ... 1 Milliards !  Pourquoi pas 10 ou 100 milliards. 1 000 euros par jour de retard sur chaque intervention retardée ou foireuse à partir du X, ça c'est une sanction qui a du sens. Et effectivement Orange ne donne aucune priorité aux cuivres et aux autres opérateurs. 

Posté le 30 octobre 2018 à 20h40

Une nouvelle preuve de pertinence et d’impartialité admirable de la part du régulateur, hélas il connaît très bien les dirigeants d’orange, violents cupides et harceleurs avec en + un sentiment d’impunité total.

RUBRIQUE COMMENTAIRE
Bonjour, avant de poster, veuillez vous assurer d'avoir pris connaissance des règles.

X

Quatre consignes avant de réagir :

  • Rester dans le cadre de l'article. Pour des discussions plus générales, vous pouvez utiliser nos forums.
  • Développer son argumentation. Les messages dont le seul but est de mettre de l'huile sur le feu seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Respecter les acteurs de l'informatique et les autres lecteurs. Les messages agressifs, vulgaires, haineux, etc. seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Pour toute remarque concernant une faute dans l'article, merci de nous contacter exclusivement par le formulaire "signaler une erreur" lors de la sélection du texte de l'article (les commentaires portants sur ce sujet seront systématiquement supprimés).