L’Arcep annonce que Free, Orange, SFR et Bouygues ont déposé leurs dossiers de candidature pour les fréquences 900 MHz, 1800 MHz et 2,1 GHz

Le 2 août 2018 dernier étaient lancés les appels à candidatures en vue de la réattribution des fréquences des bandes 900 MHz, 1800 MHz et 2,1 GHz, actuellement utilisées par les réseaux réseaux mobiles 2G, 3G et 4G et dont les autorisations arrivent à échéance entre 2021 et 2024. La date limite de dépôt des dossiers de candidatures était fixée au 2 octobre 2018 à 12 heures.

L’Arcep annonce ce soir avoir reçu les dossiers de quatre opérateurs :

-  en bande 900 MHz : Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange et SFR ;

-  en bande 1800 MHz : Bouygues Telecom, Orange et SFR ;

-  en bande 2,1 GHz : Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange et SFR.

On notera que Free n’a pas déposé de dossier pour les fréquences 1800 MHz qu’il est pourtant en train de déployer activement. Arnaud Comerzan, chargé de mission à l’Arcep, explique la raison sur Twitter : "les autorisations concernées par cette procédure sont uniquement celles arrivant à échéance en 2021 et 2024. Les autorisations de Free Mobile dans les bandes 900/1800 MHz et 2,1 GHz arrivent à échéance en 2030/2031."

Des obligations de couverture inédites par leur ambition, prévues dans le cadre du " New Deal " mobile

Ces procédures d’attribution de fréquences s’inscrivent dans le cadre du " New Deal " mobile : le 14 janvier 2018, le Gouvernement a annoncé l’accord historique, intervenu sur la base des propositions de l’Arcep et dans le cadre d’un dialogue exigeant avec les opérateurs de téléphonie mobile, qui vise à généraliser la couverture mobile de qualité pour l’ensemble des Français. Ce " New Deal mobile " marque un changement d’ambition sans précédent en matière de couverture mobile du territoire. L’État avait alors fait le choix de prioriser l’objectif politique de cohésion des territoires dans les modalités d’attribution. Ainsi, plutôt que privilégier un critère financier, l’État avait décidé d’orienter l’effort des opérateurs vers l’investissement, en prévoyant des obligations de couverture inédites par leur ambition.

Prochaine étape : instruction des dossiers de candidature par l’Arcep pour en étudier la recevabilité et la qualification

L’Arcep indique qu’elle va désormais étudier les dossiers de candidatures, afin de s’assurer que ceux-ci respectent les critères de recevabilité et de qualification des procédures. À l’issue de cette instruction l’Arcep publiera la liste des candidats qualifiés pour chaque procédure et, le cas échéant, demandera aux candidats concernés de lui remettre un dossier d’engagements complémentaires à une date et une heure qu’elle précisera. 

Publié le par
Partager sur Google + Partager sur Twitter Partager sur Facebook Alertes mail Partager
COMMENTAIRES DES LECTEURS (27)
Afficher les 21 premiers commentaires...
Posté le 02 octobre 2018 à 23h46
CH56 a écrit
Freedor a écrit Bonsoir CH56, En effet, ce qui vous échappe ce sont les autres opérateurs et le faible spectre disponible dans la bande 1800 MHz. En fait tout est déjà joué, ces dossiers sont juste pour la forme. Ça s'est terminé lors de l'accord avec le gouvernement. Je ne crois pas une seconde qu'un opérateur puisse signer ce genre d'accord sans savoir quelles fréquences vont lui être attribuées. Bref, même si c'est encore secret, les opérateurs se sont déjà partagé le gâteau et l'ARCEP va juste valider. Free ayant plus besoin de fréquences dans les bandes 900 et 2100 MHz que dans la bande 1800 MHz, il était judicieux de leur part d'en obtenir un maximum dans ces bandes et de laisser tomber l'idée de gratter 5 MHz en 1800 MHz. Ça s'appelle un compromis. Parce qu'il est peu probable que les autres opérateurs se seraient privé de leurs 20 MHz dans la bande 1800 MHz sans une lourde contrepartie... A un contre quatre, le rapport de force n'était pas vraiment en faveur de Free. La bande 2100 MHz est moins critique pour les autres opérateurs, la 3G 2100 MHz n'étant plus très utile, en la coupant ils pourront conserver le spectre actuellement alloué à la 4G 2100 MHz. Il reste la 3G 900 MHz et c'est probablement à cause d'elle que Free ne pouvait pas raisonnablement espérer obtenir les 5 MHz supplémentaires dans la bande 1800 MHz. Bonsoir Freedor Je me range à votre avis, les jeux sont faits, les répartitions sont purement formelles et les vrais accords sont déjà pris. L'explication de "consultant" de l'ARCEP est bidon et servira aux gogos qui voudront y croire, la réalité est bien le rapport de force existant. Les 40 MHz 1800 échus seront simplement reconduits pour ceux qui les détiennent déjà. J'ai bien peur de plus que l'utilisation à 8,75 MHz x 4 dans la fréquence 900 soit problématique. Au mieux, Free gagnera 5 MHz dans les 2,1 GHz, les utilisateurs gagneront un peu sur la couverture supplémentaire (sites) rendue possible par l'économie réalisée sur la prolongation gratuite pour 10 ans des lots de licences 3G qui venaient à échéance.

Ça m'étonnerait que Free n'ait pas au moins 10 MHz en 2100 MHz, ils n'ont pas non plus signé l'accord pour des miettes... Après le vrai enjeu concerne plus les fréquences dédiées à la 5G. Parce qu'il ne faut pas oublier que les fréquences actuelles qui vont être redistribuées ne seront pas disponibles pour Free avant le lancement de la 5G et qu'elles ne seront pas forcément utilisables pour la 5G, du moins dans un premier temps. Du coup on va se retrouver avec de la 4G 4 ou 5 CA mais ça paraîtra nul à côté de la 5G donc ça ne va pas nous intéresser tant que ça en tant que clients. Il reste que ça couvrira mieux que la 5G très hautes fréquences, ça nous servira quand même un minimum mais le plus important est que Free mobile assure concernant les licences des fréquences qui seront libérées pour la 5G.

Posté le 02 octobre 2018 à 23h51
Gillou43 a écrit
Quand je vois que Free s'interdit l'ajout d'une largeur de spectre en 1800 ca me met hors de moi ! Déjà qu'ils ont 5mhz de moins que les autres qu'est-ce que ca ca être une fois la répartition faite ? !Moi là je ne comprends plus autant mettre toutes les chances de leurs côtés en faisant comme leurs concurrents c'est-à-dire en envoyant un dossier pour chaque fréquence ! Non mais merde à la fin Free ! 

Ça va être pareil, Free ne s'interdit rien, les autres n'ont juste pas envie de voir, une nouvelle fois, leur patrimoine baisser sur la bande 3. Parce que Free a déjà récupéré 15 MHz et ça n'a pas dû trop leur plaire mais ça leur laisse encore 20 MHz. SFR et Bouygues n'ont que 15 MHz pour la bande 7, lâcher 5 MHz en bande 3, tu crois que ça les tente? Et Orange a beaucoup plus de clients donc il leur faut des fréquences. Bref Free ne fait pas sa loi.

Posté le 03 octobre 2018 à 00h36
Gillou43 a écrit
Quand je vois que Free s'interdit l'ajout d'une largeur de spectre en 1800 ca me met hors de moi ! Déjà qu'ils ont 5mhz de moins que les autres qu'est-ce que ca ca être une fois la répartition faite ? !Moi là je ne comprends plus autant mettre toutes les chances de leurs côtés en faisant comme leurs concurrents c'est-à-dire en envoyant un dossier pour chaque fréquence ! Non mais merde à la fin Free ! 

Et les mecs vous savez pas lire. Free n'est pas concerné par les 1800. C'est clair pourtant "les autorisations concernées par cette procédure sont uniquement celles arrivant à échéance en 2021 et 2024. Les autorisations de Free Mobile dans les bandes 900/1800 MHz et 2,1 GHz arrivent à échéance en 2030/2031."


CH56
Envoyer message
 
4973 points
Posté le 03 octobre 2018 à 00h41
Freedor a écrit
Ça m'étonnerait que Free n'ait pas au moins 10 MHz en 2100 MHz, ils n'ont pas non plus signé l'accord pour des miettes... Après le vrai enjeu concerne plus les fréquences dédiées à la 5G. Parce qu'il ne faut pas oublier que les fréquences actuelles qui vont être redistribuées ne seront pas disponibles pour Free avant le lancement de la 5G et qu'elles ne seront pas forcément utilisables pour la 5G, du moins dans un premier temps. Du coup on va se retrouver avec de la 4G 4 ou 5 CA mais ça paraîtra nul à côté de la 5G donc ça ne va pas nous intéresser tant que ça en tant que clients. Il reste que ça couvrira mieux que la 5G très hautes fréquences, ça nous servira quand même un minimum mais le plus important est que Free mobile assure concernant les licences des fréquences qui seront libérées pour la 5G.

Ce qui tombe en fin de licence en 08/2021 ce sont les 29,6 duplex détenues par Orange et SFR (premiers lots des licences initiales).

Ce qui tombe en décembre 2024, ce sont les 9,8 duplex de Bouygues.

Ce qui ne bouge pas, c'est le lot actuel de Free et les lots résiduels acquis par SFR et Orange en mai 2010.

Il faudrait que Free obtienne 5 MHz dès 2021 et que ce soit contigu à son lot, ce qui n'est pas possible sans repositionnement des bandes, ou qu'il obtienne un repositionnement vers 2 ou 3 lots contigus. Ça lui permettrait de voir le jour en capacité 4G sur des fréquences moyennes dès 2022. Possible qu'il obtienne 5 MHz en 2021, 5 de plus ensuite en 2024.

En attendant, puisqu'il y a réponse des opérateurs, il va y avoir des lauréats dans chaque bande, et ça ira dans le sens d'un équilibrage. J'espère qu'on aura des éléments bientôt, et que tout sera expliqué clairement.

Quand aux échéances 5G, plusieurs remarques. Il va falloir allonger la monnaie, il va falloir une sacré densité et donc ne compter sur un démarrage qu'en zone urbaine (sauf à utiliser la bande 28), il va falloir l'arrivée des smartphones compatibles. Le commun des mortels va rester en 4G un moment.


CH56
Envoyer message
 
4973 points
Posté le 03 octobre 2018 à 00h43
CH56 a écrit
...

Pardon les 14,8 de Bouygues, en 2024, pas 9,8 bien sûr. Désolé.

Posté le 03 octobre 2018 à 18h36

Ils ne peuvent pas faire moins sous peine d'être largués.

RUBRIQUE COMMENTAIRE
Bonjour, avant de poster, veuillez vous assurer d'avoir pris connaissance des règles.

X

Quatre consignes avant de réagir :

  • Rester dans le cadre de l'article. Pour des discussions plus générales, vous pouvez utiliser nos forums.
  • Développer son argumentation. Les messages dont le seul but est de mettre de l'huile sur le feu seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Respecter les acteurs de l'informatique et les autres lecteurs. Les messages agressifs, vulgaires, haineux, etc. seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Pour toute remarque concernant une faute dans l'article, merci de nous contacter exclusivement par le formulaire "signaler une erreur" lors de la sélection du texte de l'article (les commentaires portants sur ce sujet seront systématiquement supprimés).