Retour à 3 opérateurs : les investisseurs mettent la pression

Lassés par des revenus inchangés alors que la concurrence fait rage, la consommation de données explose et les promotions et autres forfaits illimités se poursuivent, les investisseurs et analystes plaident pour "un vaste mouvement de concentration" dans les télécoms en Europe et en France.

Les investisseurs américains sont exaspérés par le marché des télécoms en Europe comme le rapporte l’Agence économique et financière. Stéphane Beyazian analyste pour Raymond James estime qu’ils sont proches d’un point de "non-retour". Les investisseurs ont longtemps cru que pour retrouver la croissance du chiffre d’affaires, les opérateurs devaient se différencier par la qualité de leur réseau, poursuit-il, ils se rendent compte que cela n’a pas été le cas à cause des baisses de prix et promotions qui contrent les investissements. Ces derniers vont d’ailleurs, avec le déploiement de la fibre optique et de la 5G, devoir s’intensifier.

L’Agefi cite un rapport de Barlcays qui considère que le chiffre d’affaires par gigaoctet a été divisé par 3,5 en 3 ans à cause de l’augmentation de la consommation de données (+280% sur la même période) et de l’absence d’augmentation des prix. Chez Crédit Suisse, même constat plutôt sombre pour les télécoms en Europe.

Seule planche de salut pour retrouver la croissance : "un vaste mouvement de concentration" qui en France ne se fera pas au détriment des consommateurs.

Mais, l’innovation (par exemple sur l’interface entre l’accès et les services qui n’a pas évolué depuis belle lurette alors que les usages ont totalement changés) ne serait-elle pas, comme le pense le directeur de l’Agence du Numérique, le seul vrai moyen de se différencier et de retrouver la croissance ?

source : Agefi

Publié le par
Partager sur Google + Partager sur Twitter Partager sur Facebook Alertes mail Partager
COMMENTAIRES DES LECTEURS (34)
Afficher les 28 premiers commentaires...
Posté le 03 juillet 2018 à 22h53
CH56 a écrit
FrousseTelecom a écrit Ca c'est joli sur le papier mais en France ça partirait en c**** rapidement. Dès que tu files un monopole à une organisation, ici l'infra (mobile et/ou fixe), tu te retrouves inévitablement avec des employés peu productifs, des grèves donc pas forcément le meilleur service et des prix élevés. Pour le coup, on a l'expérience de FT. Du jour au lendemain lorsqu'est arrivée la concurrence sur chaque segment (communication nationale, internationale, locale, internet,...), les prix ont été divisés par 2,3,4 ou même 10 ! Par ailleurs le réseau est lié à l'infra et c'est bien par le réseau et ses techno qu'un opérateur peut faire la différence. Sinon tu en viens à ne créer que des MNVO et on sait tous très bien par expérience encore que cela n'a rien amené au consommateur. Bonsoir Je ne préconise aucun modèle. A noter cependant que la création d'une filiale commune pour le projet Crozon entre 2 opérateurs (qui sont loin d'être des MVNO) a permis de mener tambour battant la construction d'une infra mutualisée sur le mobile. Efficace. 

Je ne partage pas ton avis sur Crozon. Sur le papier, ça aurait pu être très bien si cela n'avait pas été fait en mode capitaliste. Au final, cela n'a juste fait pour l'utilisateur qu'une chaise musicale des zones couvertes plutôt que d'étendre ces dernières. Money is money...

J'ai l'exemple dans mon village. Bouygues était historiquement sur un mat TDF qui couvrait la majorité de la commune. Et SFR était sur un mat lui appartenant mais qui ne couvrait que la zone touristique et la moitié du centre bourg. Au lieu de migrer les équipements sur le mat permettant la meilleure couverture (voir d'installer les équipements sur les deux mats (cela n'aurait pas été aberrant, Orange est bien présent sur trois mats)), ils ont choisi l'économie plutôt que la couverture : résultat au lieu d'avoir le choix entre deux opérateurs, j'en ai plus qu'un qui me couvre, vive Crozon...


CH56
Envoyer message
 
4653 points
Posté le 04 juillet 2018 à 00h04
Kaffeine a écrit
Je ne partage pas ton avis sur Crozon. Sur le papier, ça aurait pu être très bien si cela n'avait pas été fait en mode capitaliste. Au final, cela n'a juste fait pour l'utilisateur qu'une chaise musicale des zones couvertes plutôt que d'étendre ces dernières. Money is money... J'ai l'exemple dans mon village. Bouygues était historiquement sur un mat TDF qui couvrait la majorité de la commune. Et SFR était sur un mat lui appartenant mais qui ne couvrait que la zone touristique et la moitié du centre bourg. Au lieu de migrer les équipements sur le mat permettant la meilleure couverture (voir d'installer les équipements sur les deux mats (cela n'aurait pas été aberrant, Orange est bien présent sur trois mats)), ils ont choisi l'économie plutôt que la couverture : résultat au lieu d'avoir le choix entre deux opérateurs, j'en ai plus qu'un qui me couvre, vive Crozon...

Crozon n'est pas une panacée, ce n'est pas partout, et c'est une histoire où il y a forcément des gagnants et des perdants, selon le site mutuel choisi. Vous êtes perdant, désolé. Je comprends que votre expérience vous conduise à critiquer Crozon, mais ce n'est pas une généralité, le principe est bon.

Il y a d'autres exemples, même si le votre est éloquent. Certains, surtout chez Bouygues, ont regretté le choix des sites communs retenus.

Il y a pire aussi, où il n'y a pas eu de Crozon. Le mien est le suivant. Sur une grosse agglo de 150.000 h, SFR a 9 sites. Les sites sont 2G et 3G 2100 MHz. Aucun n'a la 3G 900 MHz. Un seul est en 4G, et uniquement en 800 MHz, autant dire rien.

Bouygues a 9 sites, tous en 4G en 1800 MHz dont un avec la 800 MHz en plus.
Il n'y a pas eu Crozon. S'il y avait eu, presque tous les sites sont déjà communs ou proches, il y aurait peu de gagnants/perdants en couverture, même en restant sur 9 sites.

Ça aurait conduit les 2 opérateurs à monter la 3G 900 MHz sur tous, à offrir partiellement la 800 un peu plus systématiquement et à étendre la 1800 à quelques sites SFR.

Donc au final, Crozon bien ou mal ? On va dire mieux. Le coût du matériel spécifique (permettant le partage de certains éléments actifs) doit être plus élevé. Mais le prix total est divisé par deux, pour un résultat commun. Ce qui laisse un peu de cash pour les actions de chaque dans les zones denses, où Crozon est interdit.

Crozon a tout simplement sauvé SFR de la Bérézina dans laquelle il était tombé en 2015, pour un coût divisé donc raisonnable.

Autre effet, j'ai vu plusieurs sites déclassés (Bouygues en général) repris par Free qui justement avait besoin de s'installer. Donc, non Crozon n'est pas la panacée, ce n'est pas toujours bien fait, et il y a d'autres principes possible comme le partage des points hauts (pylônes) par deux ou plusieurs opérateurs, chacun gardant ses propres éléments actifs. Mais c'est un bon exemple de partage des coûts pour upgrader un réseau en zone diffuse à moins de frais.

J'aurais pu citer le Ran-sharing en zone blanche, là où il n'y avait rien, et qui est un vrai bonheur pour ceux qui y passent du temps. Mon propos est de dire que plutôt que la concentration à 3 opérateurs, qui réduirait le choix des clients, il y a des mutualisations d'investissement possible.

Posté le 04 juillet 2018 à 14h53
CH56 a écrit
Kaffeine a écrit Je ne partage pas ton avis sur Crozon. Sur le papier, ça aurait pu être très bien si cela n'avait pas été fait en mode capitaliste. Au final, cela n'a juste fait pour l'utilisateur qu'une chaise musicale des zones couvertes plutôt que d'étendre ces dernières. Money is money... J'ai l'exemple dans mon village. Bouygues était historiquement sur un mat TDF qui couvrait la majorité de la commune. Et SFR était sur un mat lui appartenant mais qui ne couvrait que la zone touristique et la moitié du centre bourg. Au lieu de migrer les équipements sur le mat permettant la meilleure couverture (voir d'installer les équipements sur les deux mats (cela n'aurait pas été aberrant, Orange est bien présent sur trois mats)), ils ont choisi l'économie plutôt que la couverture : résultat au lieu d'avoir le choix entre deux opérateurs, j'en ai plus qu'un qui me couvre, vive Crozon... Crozon n'est pas une panacée, ce n'est pas partout, et c'est une histoire où il y a forcément des gagnants et des perdants, selon le site mutuel choisi. Vous êtes perdant, désolé. Je comprends que votre expérience vous conduise à critiquer Crozon, mais ce n'est pas une généralité, le principe est bon. Il y a d'autres exemples, même si le votre est éloquent. Certains, surtout chez Bouygues, ont regretté le choix des sites communs retenus. Il y a pire aussi, où il n'y a pas eu de Crozon. Le mien est le suivant. Sur une grosse agglo de 150.000 h, SFR a 9 sites. Les sites sont 2G et 3G 2100 MHz. Aucun n'a la 3G 900 MHz. Un seul est en 4G, et uniquement en 800 MHz, autant dire rien. Bouygues a 9 sites, tous en 4G en 1800 MHz dont un avec la 800 MHz en plus.Il n'y a pas eu Crozon. S'il y avait eu, presque tous les sites sont déjà communs ou proches, il y aurait peu de gagnants/perdants en couverture, même en restant sur 9 sites. Ça aurait conduit les 2 opérateurs à monter la 3G 900 MHz sur tous, à offrir partiellement la 800 un peu plus systématiquement et à étendre la 1800 à quelques sites SFR. Donc au final, Crozon bien ou mal ? On va dire mieux. Le coût du matériel spécifique (permettant le partage de certains éléments actifs) doit être plus élevé. Mais le prix total est divisé par deux, pour un résultat commun. Ce qui laisse un peu de cash pour les actions de chaque dans les zones denses, où Crozon est interdit. Crozon a tout simplement sauvé SFR de la Bérézina dans laquelle il était tombé en 2015, pour un coût divisé donc raisonnable. Autre effet, j'ai vu plusieurs sites déclassés (Bouygues en général) repris par Free qui justement avait besoin de s'installer. Donc, non Crozon n'est pas la panacée, ce n'est pas toujours bien fait, et il y a d'autres principes possible comme le partage des points hauts (pylônes) par deux ou plusieurs opérateurs, chacun gardant ses propres éléments actifs. Mais c'est un bon exemple de partage des coûts pour upgrader un réseau en zone diffuse à moins de frais. J'aurais pu citer le Ran-sharing en zone blanche, là où il n'y avait rien, et qui est un vrai bonheur pour ceux qui y passent du temps. Mon propos est de dire que plutôt que la concentration à 3 opérateurs, qui réduirait le choix des clients, il y a des mutualisations d'investissement possible.

En conclusion, on est d'accord : sur le principe, un Crozon aurait pu être bien, mais dans les faits réels, la politique de mise en place a été bien trop tiré vers l'économie plutôt que vers une vraie réflexion sur le ratio couverture/optimisation du réseau/économie. Ton cas comme le mien montre qu'il y aurait eut mieux à faire que ce qui a été fait.

Les zones de Ran-sharing sont également bien sur le papier sauf qu'elle arrive bien trop tard, c'est quelque chose qui aurait dû être fait dans la décennie précédente... Autre reproche à ce sujet, c'est qu'elles ne sont pas assez nombreuses. Et quid sur le délai, sera-t-il respecté ? Ou cela va-t-il finir comme le projet de fibre optique pour toutes la France qu'on nous vend depuis des lustres...

Posté le 04 juillet 2018 à 16h27

Ce que certains ici n'ont pas compris, c'est que ceux qui sont désignés sous le terme "investisseurs" n'en sont pas. Ce sont des financiers, qui ne pensent qu'au fric qu'ils peuvent soutirer aux sociétés et non à leur avenir. Un investisseur à une vision à long terme.

Alors que les personnes décrites ne connaissent que le court terme et le manque à gagner.

Premium

taduarial
Envoyer message
 
10314 points
Posté le 04 juillet 2018 à 23h15

gagner plus de fric sur notre dos, voici une belle motivation..


CH56
Envoyer message
 
4653 points
Posté le 04 juillet 2018 à 23h20
Kaffeine a écrit
En conclusion, on est d'accord : sur le principe, un Crozon aurait pu être bien, mais dans les faits réels, la politique de mise en place a été bien trop tiré vers l'économie plutôt que vers une vraie réflexion sur le ratio couverture/optimisation du réseau/économie. Ton cas comme le mien montre qu'il y aurait eut mieux à faire que ce qui a été fait. Les zones de Ran-sharing sont également bien sur le papier sauf qu'elle arrive bien trop tard, c'est quelque chose qui aurait dû être fait dans la décennie précédente... Autre reproche à ce sujet, c'est qu'elles ne sont pas assez nombreuses. Et quid sur le délai, sera-t-il respecté ? Ou cela va-t-il finir comme le projet de fibre optique pour toutes la France qu'on nous vend depuis des lustres...

D'où mon point de vue. Une réduction à 3 opérateurs ne ferait qu'empirer les choses en confortant les rentes de situation et les ententes illicites, comme on a déjà vu. Le tout sans garantie de plus d'investissements.

Pour Crozon, bien sur on est d'accord, leur objectif était de déployer au moindre coût, ce qui est une bonne chose en soit, mais ne dispense pas de veiller à ne pas dégrader une couverture existante. Après, globalement ça a permis à SFR et Bouygues de faire respectivement + 10.000 sites et +8.000 sites en 30 mois. Et il reste des attentes, et eux aussi sont concernés par les fameux +5.000 nouveaux sites à construire.

Laisser faire les opérateurs conduit trop souvent à des infras redondantes dans les coins les plus rentables avec des coins négligés ailleurs, au détriment de la continuité de couverture territoriale. Il devrait y avoir plus de pression du régulateur sur la mutualisation et la couverture des zones moins denses.

Il semble que dans la partie "engagements" suivie par l'ARCEP, bien que mal définie et trop tardive, il y ait quelques contraintes dans ce sens. Ainsi que des objectifs de 4G, y compris pour les ZB.

Mais ça vient tard, on a déjà eu de plannings non respectés, chat échaudé craint l'eau froide, donc j'attends de voir. Cette fois il y a un enjeu : les fréquences 900, 1800 et 2100 à redistribuer en 2021 et 2022.

RUBRIQUE COMMENTAIRE
Bonjour , avant de poster, veuillez vous assurer d'avoir pris connaissance des règles.

X

Quatre consignes avant de réagir :

  • Rester dans le cadre de l'article. Pour des discussions plus générales, vous pouvez utiliser nos forums.
  • Développer son argumentation. Les messages dont le seul but est de mettre de l'huile sur le feu seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Respecter les acteurs de l'informatique et les autres lecteurs. Les messages agressifs, vulgaires, haineux, etc. seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Pour toute remarque concernant une faute dans l'article, merci de nous contacter exclusivement par le formulaire "signaler une erreur" lors de la sélection du texte de l'article (les commentaires portants sur ce sujet seront systématiquement supprimés).