Consolidation : la police des télécoms s’ouvre à un retour à trois opérateurs

 

L’Arcep change de fusil d’épaule et n’est plus contre une fusion et un passage à trois opérateurs à l’heure où les rumeurs affluent sur un possible rachat de SFR par Bouygues Telecom. 

Et si Xavier Niel avait raison ? Lors de la présentation des résultats annuels d’Iliad en mars dernier, le fondateur de Free a déclaré que la consolidation des télécoms en France serait un sujet dès 2018. Tout porte à croire que cela sera le cas. En attendant, ce scénario refait surface chaque année, mais désormais « la porte de l’Arcep s’ouvre » à cette éventualité a confié ce matin Sébastien Soriano dans une interview accordée au Monde. A ses yeux, les opérateurs remplissent leur mission en matière d’investissement, lequel fut significatif en 2017. « L’industrie est au rendez-vous » et « la page du trou d’air est tourné » a t-il ajouté, montrant ainsi qu’il accueillerait « avec bienveillance un projet de consolidation des télécoms », résume le quotidien.

On se souvient en revanche d’un son de cloche récent et diamétralement opposé du président du régulateur lui-même sur ce sujet. Celui-ci martelant fin mars 2017 que « la consolidation n’est ni nécessaire, ni souhaitable. Une fenêtre se referme . Il y a deux acteurs forts qui investissent beaucoup : Orange va bien, SFR tend à se renforcer. La situation est un peu différente pour Bouygues Telecom et Free. Le premier est entré tardivement dans le fixe, et le second, dans le mobile. Lorsque sur un marché à quatre, deux avaient un handicap, la consolidation pouvait avoir du sens. Mais la part de marché de Bouygues Telecom a dépassé les 10% dans le fixe et Free Mobile affirme avoir atteint ses objectifs de déploiement de la 3G avec un an d’avance et poursuit ses efforts dans la 4G ». Autre argument avancé, le risque de « faire perdre du temps et d’être dangereux pour l’investissement dans la fibre». Les chiffres plus que positifs de 2017, les opérateurs ayant cassé leur tirelire (9,6 milliards d’euros), constitueraient donc une des raisons de l’ouverture de l’Arcep à un tel scénario, celui d’un retour à trois. Du côté d’Orange en tout cas, l’opérateur historique « ne sera pas en première ligne dans quelque schéma de consolidation que ce soit», a assuré son PDG Stéphane Richard en février dernier. Et d’ajouter qu’il n’y «aura pas de nouveau round de consolidation entre Orange et Bouygues. Nous sommes sur des chemins totalement opposés aujourd’hui […] Si quelque chose se produit, cela se passera entre deux autres acteurs.»

 

Publié le par
Partager sur Google + Partager sur Twitter Partager sur Facebook Alertes mail Partager
COMMENTAIRES DES LECTEURS (45)
Afficher les 39 premiers commentaires...
Posté le 22 mai 2018 à 19h53

On a souvent observé que Drahi cède ou vend ceci ,celà ;BYG aussi n'est pas du reste !!

XN rachète plus souvent qu'il ne revend !!!

Alors on attend et on observe .

Au pire je pense que rien ne se passera!!

Posté le 22 mai 2018 à 20h11
Freedun a écrit
Il ne faut absolument pas passer à 3 opérateurs. Le gars de l'arcep change d'avis miraculeusement, comme ça un beau matin ... C'est à se poser des question ce virement de situation.  De plus, ils disent que l'investissement a augmenté, alors pourquoi passer à 4 si tout va si bien ? Pour entuber le consommateur sous prétexte qu'il y a la 5G à préparer ? Faux prétexte. Ce désir français d'être le premier.

Le gars de L'ARCEP trouve quelque à dire pour mériter sa place !!! D'ailleurs je le croyait parti pour d'autres fonctions !!!

D'après les différentes analyses, les situations de SFR et BYG tel détonnent où inquiétent .

SFR tellement endetté,et BYG qui vend ses pylônes ;les deux liés par leurs réseaux 4G !

BYG n'a de poids que dans le mobile en plus des 2 millions et quelques abonnés fixes .Que vaut réellement tout çà?

Posté le 22 mai 2018 à 21h36
CH56 a écrit
On est d'accord sur le redressement de SFR, sur le plan technique. On doit être largement d'accord aussi sur le retour de la conquête avec les offres RED mobile et fixe à prix très bas. Là où on n'est pas d'accord, c'est sur sa capacité à animer l'entreprise, ils ont eu tort de virer Michel Paulin. Il faudrait continuer à investir sur le fixe et sur les nouveaux engagements mobile (+ 1/3 d'investissement tout de même), tout en dégageant ce qu'il va leur falloir dès 2021 (5 milliards), et en 2022 (8 ou 9 milliards, je ne sais plus). Les actifs possibles et vendables sont : les sites français (3 Mds) et tous les actifs au Portugal (7 Mds). Le reste, c'est peu de chose. Il reste 3 ans, 4 au mieux. Même en provisionnant 500 M€ par an, ils ne peuvent pas. Le truc qui les fait espérer, c'est de retrouver de bonnes marges et de rassurer ainsi les investisseurs potentiels. Pour Free, ils payent un retard certain sur le fixe, le FTTH arrive un poil trop tard pour compenser. Sinon ça va, ils ont fait + 246.000 en FTTH sur 2017 alors que SFR restait sur + 193.000. Il ont le 3e EBITDA à 32%, derrière Numéricâble 43% et Orange 34% selon #confArcep, SFR est à 27%, Bouygues à 19%. Là ou Free a déçu, c'est en négligeant les incidents, les baisses de débits en beaucoup d'endroits sur la 4G. Il y a eu trop de soucis techniques, et probablement une charge trop rapide du réseau, avec en plus une augmentation TRES généreuse des quotas de data qui n'a rien dû arranger. Il y a pas mal d'intervenants sur UF qu'on n'entend plus, ils semblent partis sur la pointe des pieds. D'autres gardent une SIM Free, mais la complète par des promos ailleurs.Dommage. Dire que c'est la panique, c'est trop et trop récent. Déjà, leur nouvelle promo mobile est à 4,99€, celle sur la FB Révolution à 9,99€, celle sur la Mini 4K à 14,99€, on redevient raisonnable. Enfin, sur l'intérêt de consolider, en particulier sur les sites 4G, là on est d'accord. Mais en suivant l'ARCEP sur Twitter aujourd'hui on voit que la consolidation par rachat reste une option compliquée. Et l'ADLC aurait aussi son mot à dire. En revanche, ce serait bien qu'ils soient plus directifs sur la mutualisation des équipements passifs, particulièrement en faisant un peu le gendarme sur les éventuelles négos entre Orange et Free sur le partage des sites. Cette négo est peut-être encore un poker menteur, mais qui serait à l'ordre du jour sans attendre, c'est à dire possible dans quelques mois.

SFR n'a pas besoin de rembourser l'intégralité de sa dette, juste de diminuer un peu son taux d'endettement. Rembourser 4-5 milliards suffirait largement à retrouver un ratio ebitda correct. 4-5 milliards d'ici 2021 ça ne devrait pas poser de soucis à priori, et ces 4-5 milliards devraient diminuer la charge de la dette de l'ordre de 2-300M€, donc améliorer la rentabilité de la boite. Du coup pour moi, rien d'insurmontable. L'endettement d'altice outre-atlantique ou même dans le reste de l'europe c'est autre chose, et n'affecte pas la rentabilité de SFR.

Pour Free, dire que c'est la panique n'est à mon avis pas exagéré, ils ont entaché leur image, et une image ça met longtemps à revenir (entre 1 et 2 ans environ je dirais). Mais pour l'instant ils ne font rien pour que ça s'améliore, mis à part des annonces. On verra quand ils passeront à l'action, et la remontée d'image ne se fera pas en un jour.

Pour la consolidation, à mon avis ça baisserait le coût global des opérateurs et améliorerait la qualité des investissements (plus de réalisation pour le même montant dépensé au total des télécom). Je pense qu'on y gagnerait en déploiement fixe et mobile, mais tout dépend de la volonté de l'ensemble des protagonistes.


CH56
Envoyer message
 
4297 points
Posté le 22 mai 2018 à 22h47
jinge333 a écrit
SFR n'a pas besoin de rembourser l'intégralité de sa dette, juste de diminuer un peu son taux d'endettement. Rembourser 4-5 milliards suffirait largement à retrouver un ratio ebitda correct. 4-5 milliards d'ici 2021 ça ne devrait pas poser de soucis à priori, et ces 4-5 milliards devraient diminuer la charge de la dette de l'ordre de 2-300M€, donc améliorer la rentabilité de la boite. Du coup pour moi, rien d'insurmontable. L'endettement d'altice outre-atlantique ou même dans le reste de l'europe c'est autre chose, et n'affecte pas la rentabilité de SFR. Pour Free, dire que c'est la panique n'est à mon avis pas exagéré, ils ont entaché leur image, et une image ça met longtemps à revenir (entre 1 et 2 ans environ je dirais). Mais pour l'instant ils ne font rien pour que ça s'améliore, mis à part des annonces. On verra quand ils passeront à l'action, et la remontée d'image ne se fera pas en un jour. Pour la consolidation, à mon avis ça baisserait le coût global des opérateurs et améliorerait la qualité des investissements (plus de réalisation pour le même montant dépensé au total des télécom). Je pense qu'on y gagnerait en déploiement fixe et mobile, mais tout dépend de la volonté de l'ensemble des protagonistes.

Ce n'est pas l'intégralité. La dette, à taux fixe d'ailleurs, est régulièrement refinancée. Là je parle des premières échéances du capital. Elles seront à payer. Dans un bon scénario pour la boîte, ces échéances seront partiellement amorties, un peu plus que 4-5 Mds, probablement plus proche de 10, et compensées par d'autres emprunts en fonction de ce que sera le marché. Il y aura donc des cessions d'actifs non stratégiques nécessaires. On va voir.

Pour Free, je disais ici il y a un an la chose suivante.

J'avais souscris une offre mobile en juin 2015, il y avait 5000 sites, dont 4000 en 4G 2600, la couverture était donc partielle, mais je trouvais ça mieux que SFR.

En juin 2017, il y avait 9500 sites. Pourtant, malgré la densification et l'arrivée de nouvelles capacités avec + 15 MHz en fréquence 1800, les débits étaient dégradés en pas mal d'endroit.

Je disais donc que le boulot devait être d'élucider les problèmes d'escalade 4G Orange, de maintien abusif en itinérance dans des zones couvertes, de satisfaire un besoin de densification rapide à la fois en nombre de sites et en ajout de fréquence.

Ça a été fait partiellement. Il subsiste des insuffisances. D'abord des utilisateurs remontent des sites dégradés, ensuite je remarque par un rapide calcul que la capacité, par le doublement des sites et par ajout de 15 MHz aux 20 MHz initiaux, a été multipliée par 3. Il faut croire qu'il y a toujours des dysfonctionnements, ou que les besoins ont flambé.

Pendant ce temps, pour doper la croissance, Free a multiplié les promos gratuites, les promos à 1€. La tension sur les données s'est accrue.

J'ai donc repris une promo SFR, et à présent quand Free est insuffisant je bascule sur cette puce, quand c'est l'inverse je fais l'inverse. Ça va bien. Mon épouse a échangé sa Free par une SFR (également à 5€). C'est ainsi que je remarque que SFR a progressé, mais qu'il reste beaucoup de trous. Sinon, ils ont souvent un débit correct, vers les 20 Mbps le plus souvent, avec un ping un peu élevé. Et il reste trop de trous, comme la baie de St Brieuc que j'ai déjà citée ici.

J'espère que mi-2019 Free va revenir à une bonne qualité. Je quitterai alors la promo SFR pour une des 2 SIM que j'ai prise.

Pour Free, ils sont au taquet de leurs investissements, sauf gros emprunt. Il faudrait en revanche faire un bilan des sites existants et remettre d'équerre ceux qui saturent. Car il y en a, j'ai remarqué des baisses en bien des endroits qui me sont habituels. Ils ont aussi un autre impératif, la couverture des axes de transport, cette couverture est déterminante pour la réaffectation des fréquences par l'ARCEP.

Pour le reste, j'ose espérer que ce qui fait aussi une entreprise va se remettre à tourner. Une comm qui existe, y compris quand ça bugue, des promos qui soient payées un prix raisonnable, qui n'oublient pas les clients existants, et qui puissent se prolonger de quelques mois le cas échéant.

Enfin, il va falloir trouver cette offre intermédiaire, de 5 à 7€, avec une offre légèrement réduite mais meilleure que l'offre à 2€. Et il va falloir communiquer un peu plus sur la dispo du FTTH quand il arrive dans un coin. Je suis d'accord que dans 6 mois les résultats doivent être tangibles.

Posté le 23 mai 2018 à 05h39
CH56 a écrit
Je suis d'accord que dans 6 mois les résultats doivent être tangibles.

Je suis plus en ligne avec ce que dit Jinge333 à savoir qu'il va falloir plutôt 1 à 2 ans pour redresser la situation. Après avoir des résultats tangibles dans les 6 mois avec la période de congé d'été et la réorganisation me semble chaud.


CH56
Envoyer message
 
4297 points
Posté le 23 mai 2018 à 12h36
Jorx a écrit
CH56 a écrit Je suis d'accord que dans 6 mois les résultats doivent être tangibles. Je suis plus en ligne avec ce que dit Jinge333 à savoir qu'il va falloir plutôt 1 à 2 ans pour redresser la situation. Après avoir des résultats tangibles dans les 6 mois avec la période de congé d'été et la réorganisation me semble chaud.

Bonjour

Je ne dis pas le contraire. Mais pour reprendre la situation SFR, après le coup de chien en novembre, ils ont réagi tout de suite. Pas toujours en bien, mais ils ont réagi. 6 mois après, ils n'ont pas "redressé", comme vous dites, mais pour moi, de mon point de vue de client, ils m'intéressent. C'est vrai que j'avais passé 15 ans chez eux, que je connais des gens qui y bossent.

Je n'attend pas énormément de Free en 6 mois, c'est même pour ça que j'ai pris mes dispos pour avoir un opérateur de secours plus longtemps.

Mais j'attends :
- Qu'ils s'occupent un peu du forfait mobile intermédiaire, que ce soit sous forme d'option data sur le 2€ ou sous la forme d'un prix entre 5 et 7€
- Qu'ils arrêtent de donner gratuitement de la data à tout le monde, il y a suffisamment de blaireaux qui même si on les payait trouveraient que ce n'est pas assez
- Qu'ils arrêtent de traiter par dessus la jambe les mesures ARCEP. L'ARCEP est un organisme public important pour moi, monreseaumobile.fr devrait être à jour, ce n'est pas le cas
- Qu'ils communiquent un peu quand il y a des soucis sur un site et que les utilisateurs se plaignent
- Qu'ils arrivent sur les RIP en FTTH
- Qu'ils annoncent clairement leurs *** de box, puisqu'il y a des gens qui les attendent
- Qu'ils prennent un peu exemple ailleurs sur des offres fixes de base, à prix acceptable, type internet + téléphone
- Qu'ils annoncent clairement leur accord éventuel de déploiement conjoint d'éléments passifs avec Stéphane Richard, sans faiblesse mais sans mégoter trop longtemps sur les prix

J'arrête, ça ressemble à un cahier revendicatif. Ça c'est possible dans les 6 mois. Je serai bienveillant, je les aime bien, j'accepte un petit délai cool

Mais je n'oublie pas que c'est en ce moment que se font les consultations sur la réaffectation des fréquences, qui feront de Free en 2021 un opérateur normal (ou pas).

RUBRIQUE COMMENTAIRE
Bonjour , avant de poster, veuillez vous assurer d'avoir pris connaissance des règles.

X

Quatre consignes avant de réagir :

  • Rester dans le cadre de l'article. Pour des discussions plus générales, vous pouvez utiliser nos forums.
  • Développer son argumentation. Les messages dont le seul but est de mettre de l'huile sur le feu seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Respecter les acteurs de l'informatique et les autres lecteurs. Les messages agressifs, vulgaires, haineux, etc. seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Pour toute remarque concernant une faute dans l'article, merci de nous contacter exclusivement par le formulaire "signaler une erreur" lors de la sélection du texte de l'article (les commentaires portants sur ce sujet seront systématiquement supprimés).