SFR : le comité central d’entreprise se demande s’il y a encore « un pilote dans l’avion » et vote une motion de défiance

Rassurer les salariés et regagner la confiance des marchés n’est pas une mince affaire pour SFR.

On ne peut plus inquiet, le comité central d’entreprise de SFR a voté une motion de défiance à l’encontre de la direction le 29 novembre dernier rapporte l’AFP. Après avoir perdu la confiance des marchés et actionnaires en novembre, dur constat symbolisé par une perte de 60% de la valeur de son titre, Altice voit les salariés de sa filiale française s’alarmer alors que Patrick Drahi a repris les commandes et a multiplié les discours récemment afin de les rassurer. Le magnat des télécoms a également fait parvenir une lettre à 1000 managers les invitant à lui remonter les difficultés qu’ils traversent au quotidien et à lui faire des propositions pour les résoudre.

Pour autant, les syndicats s’estiment "particulièrement dubitatifs quant à l’usage de cette arme à un coup que constitue cet énième changement de gouvernance". Selon eux, Patrick Drahi "doit comprendre qu’on ne gère pas un groupe de dizaines de milliers de salariés comme une PME de 2.000 salariés !". D’après la motion, "le délicat exercice du management de compétences de haut niveau en univers complexe ne saurait en aucun cas être confondu avec l’exécution aveugle de décisions brutales, imposées par un chef de chantier autoritaire, aussi talentueux soit-il par ailleurs".

Au-delà du jeu des chaises musicales dans les hautes sphères de SFR et des augmentations de tarifs qu’il juge "délirantes", le CCE dénonce également « le plan de départ volontaire » enclenché chez SFR qui « suscite un véritable mal-être chez les salariés », sans parler « des réorganisations d’ampleur en interne » sans consultation des instances au préalable. « Y-a t-il encore un pilote dans l’avion», s’interroge enfin le comité central d’entreprise, qui sera pour le moins attentif en ce qui concerne les mesures que la nouvelle direction va prendre afin de remettre "à flot le paquebot SFR". Par cette motion de défiance, celui-ci fait aussi pression et demande des « investissements sérieux pour le service client, l’amélioration du réseau et la prospection commerciale », rapporte les Echos.

 

Publié le 04 décembre 2017 à 09h32 par Maxime Raby
Partager sur Google + Partager sur Twitter Partager sur Facebook Alertes mail Partager
COMMENTAIRES DES LECTEURS (8)
Posté le 04 décembre 2017 à 10h36

HS

mais pourquoi pas d'annonce sur la VP de demain

Voir image

Du Mardi 5 Déc. à 19h
au Mardi 12 Déc. à 6h 
Événement Free !

Acteur majeur du marché français des télécommunications, Free propose des offres d'accès à Internet et de téléphonie mobile simples et innovantes.

Posté le 04 décembre 2017 à 10h36

UF est en froid avec IllIAD ?

Posté le 04 décembre 2017 à 11h07

On a bien Lombardini nous...à chacun son malheur.

Posté le 04 décembre 2017 à 12h33

comment ce type est milliardaire avec autant d'échecs, il mérite pas :(

Posté le 04 décembre 2017 à 12h42

Une "motion de défiance" ? N'importe quoi !
Ce terme est apparu hier dans la presse traditionnelle, chacun ayant recopié soigneusement le terme sans se poser de question.

Une "motion de défiance", c'est dans une société ayant une rédaction, une société de journalistes. Quand elle est votée, le directeur de la rédaction en général est renversé (ou, dans une assemblée parlementaire, c'est comme une motion de censure, et ça renverse un gouvernement).
En aucun cas le CE/CCE d'une société comme SFR (ou autre) ne peut faire une "motion de défiance". Le CE, CCE ne peut pas renverser un directeur de rédaction (d'autant qu'il n'y en a pas, chez SFR ou autre), ou encore moins son Président ou Directeur (sinon ça arriverait tous les jours, vu le nombre de CE qu'il y a en France, et dans des situations encore pire !).
Il peut voter une "résolution", disant ce qui ne va pas (et pourquoi pas exprimant sa défiance), et dans laquelle il dit "si vous ne changez pas telle chose, on va justice" par exemple. Mais c'est tout. Le CE ne fait pas de "co-gestion", ça se saurait !
Je pense que la confusion vient du fait que le nouveau PDG de SFR est Alain Weill, qui vient de BFM/NextRadioTV, qui a pu, dans sa carrière "presse", connaître ce genre de démarche, admettons.

Le premier a publié une ânerie (Les Échos semble-t-il), tous les autres ont recopié sans se poser la moindre question (Les échos suivis de France Info suivi du Figaro etc. etc., un copié-collé en cascade, jusqu'à UF malheureusement).
De même, Les Échos parlent même en deux fois du "CEE" de SFR, qui n'existe pas.

Posté le 04 décembre 2017 à 13h44
kikoolol a écrit
comment ce type est milliardaire avec autant d'échecs, il mérite pas :(

Aux USA ils font mieux, comme d'hab: un type qui a fait faillite plusieurs fois, qui a seulement eu la chance que son père soit milliardaire, qui est incapable de parler correctement en public en alignant une phrase de plus de 5 mots sans la lire, qui ment ouvertement sur les sujets les plus futiles, qui se fout tout aussi ouvertement des femmes comme des minorités, qui est soupçonné de collusion avec la Russie, a été élu président. Il faut dire que sa concurrente avait envoyé des mails en utilisant un serveur privé quand elle était ministre (comme d'ailleurs tous ses prédécesseurs)...

Posté le 04 décembre 2017 à 13h55

Le premier a publié une ânerie (Les Échos semble-t-il), tous les autres ont recopié sans se poser la moindre question

Cela s'appelle "la presse" et des "journalistes"...

Je trouve d'ailleurs extraordinaire qu'une publication comme Les Échos qui ressemble comme dans un miroir à un journal de ragots (*) soit considérée comme une source sérieuse par les gens normaux (je ne parle pas des "journalistes" qui vivent de la recopie de ces ragots dans leur propre publication).

(*) un seul exemple: le "scoop" de la freebox pour faire la collecte dans le réseau Free Mobile, c'est eux.

Premium

taduarial
Envoyer message
 
8925 points
Posté le 05 décembre 2017 à 23h38

oui..c'est patrick, premier au crash test ;)

RUBRIQUE COMMENTAIRE
Bonjour , avant de poster, veuillez vous assurer d'avoir pris connaissance des règles.

X

Quatre consignes avant de réagir :

  • Rester dans le cadre de l'article. Pour des discussions plus générales, vous pouvez utiliser nos forums.
  • Développer son argumentation. Les messages dont le seul but est de mettre de l'huile sur le feu seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Respecter les acteurs de l'informatique et les autres lecteurs. Les messages agressifs, vulgaires, haineux, etc. seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Pour toute remarque concernant une faute dans l'article, merci de nous contacter exclusivement par le formulaire "signaler une erreur" lors de la sélection du texte de l'article (les commentaires portants sur ce sujet seront systématiquement supprimés).