Les industriels des RIP mettent fortement en doute l’annonce de SFR de couvrir toute la France en fibre

 
Ce matin, dans le cadre d’une réunion de travail portant sur l’aménagement numérique, les représentant des acteurs des Réseaux d’Initiative Publique en France (FIRIP et AVICCA) ont été reçus par Julien Denormandie, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Cohésion des territoires, Benjamin Griveaux, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Economie et des Finances et Mounir Mahjoubi, Secrétaire d’Etat au numérique
 
L’actualité a percuté ce programme et la réunion s’est rapidement axée sur les déclarations de SFR hier, qui a annoncé vouloir couvrir seul et sans aide l’intégralité de la France en fibre. Un annonce qui a laissé très sceptique Etienne Dugas, le président de la FIRIP :  "Comment croire un acteur qui se découvre subitement une vocation de service public en affirmant pouvoir fibrer toute la France (36 millions de prises) d’ici 2025 sans financement de l’État, alors qu’il n’a pas respecté ses annonces de 2011 concernant la construction de 1,6 million de prises dans des communes qu’il considère comme rentables ? "
 
Pour rappel, la FIRIP représente les industriels qui déploie la fibre sur les RIP. Ces réseaux d’initiative publique permettront d’apporter d’ici 2022 le très haut débit à 43% de la population française, située sur 85% du territoire. Les acteurs des RIP construisent, en partenariat avec les collectivités, des réseaux qui relèvent du bien public. Ils sont ouverts à tous, stimulent la concurrence et permettent de développer un écosystème local. 
 
Alors que les déploiements du FTTH dans les RIP avancent enfin à bon rythme, après des années de balbutiements, on comprend que les déclarations de SFR pourraient brouiller tout le travail entrepris.

 

Publié le 13 juillet 2017 à 13h57 par La Rédaction
Partager sur Google + Partager sur Twitter Partager sur Facebook Alertes mail Partager
COMMENTAIRES DES LECTEURS (28)
Afficher les 22 premiers commentaires...
Posté le 13 juillet 2017 à 16h42
livebug a écrit
skyrail a écrit Oui, mais il y a des coûts d'entretien récurrents, surtout sur les axes ultra-fréquentés. Et puis aussi les coûts de rénovation et de mise à niveau, nouveaux ponts, relais mobiles, radars etc ... Surtout qu'on a le meilleur réseau autoroutier d'Europe de l'Ouest et le mieux entretenu. Bien meilleur que le réseau autoroutier allemand par exemple. Donc forcément c'est pas gratuit.

Parce que la loi donne des obligations aux sociétés gestionnaires des différentes autoroutes du pays, elles sont libre de monter les prix suivant un pourcentage maximum à chaque fois, mais en dehors de ça, il y a de sacrée obligations.

Posté le 13 juillet 2017 à 17h16
christophedlr a écrit
Free a signé avec Axione et Covage, ça fait deux RIP dont Free est maintenant client, il me semble qu'Orange est entrain de signer aussi avec les RIP.

Certainement. mais bon avec eux entre la signature et la réalité, il se passe du temps lol

Posté le 13 juillet 2017 à 17h24
christophedlr a écrit
Ca na pas été donné à SFR, SFR a racheter TOUT les câblo-opérateurs du pays, ce n'est pas pareil du tout, chacun avais son propre réseau, sur Lattes c'était UPC, pour Montpellier et pas mal de zones d'ailleurs c'était France Telecom Câble ; chacun a été racheté par Noos puis Noos est passé dans les mains de Numérîcable sachant que NC c'est Drahi/Altice/SFR (maintenant).

Je ne parlais pas des société d'exploitation des réseaux câblés mais de l'entreprise publique qui les a physiquement construits (CGFE puis France Télécom) avec le financement de la Caisse des Dépôts et nos impôts.

Drahi a récupéré pour des sommes symboliques et achetant avec l'argent des autres (fonds, emprunts et bourse) de ces opérateurs commerciaux, les uns après les autres. C'est ce qui est justement scandaleux, au même titre que pour les opérateurs privés d'autoroutes en France.

Nous avons tous financé l'architecture d'un réseau qui n'a jamais été un service public et dont M. Drahi bénéficie désormais.

Posté le 13 juillet 2017 à 18h07
livebug a écrit
skyrail a écrit Oui, mais il y a des coûts d'entretien récurrents, surtout sur les axes ultra-fréquentés. Et puis aussi les coûts de rénovation et de mise à niveau, nouveaux ponts, relais mobiles, radars etc ... Surtout qu'on a le meilleur réseau autoroutier d'Europe de l'Ouest et le mieux entretenu. Bien meilleur que le réseau autoroutier allemand par exemple. Donc forcément c'est pas gratuit.
C'est vrai ça coute, mais pourquoi y pas de péage en Alsace, les autoroutes sont gratuites et bien entretenues et ce n'est pas la circulation qui manque.

Posté le 15 juillet 2017 à 21h54

En tout cas SFR laisse son monopole fausse fibre FTTLA sur Marolles en Brie (94440) et en zone 100 sans aucune évolution, upload à 5 mbit/s, merci mais la fibre optique pour nous ce n'est pas pour demain, surtout que notre département le Val de Marne a fait en sorte de nous exclure de tout déploiement FTTH.


reno69
Envoyer message
 
19139 points
Posté le 16 juillet 2017 à 09h30
Skips8 a écrit
Si SFR se lance vraiment là dedans, ces "industriels des RIP" ne seront plus de potentiels partenaires mais des concurrents de SFR, est-ce donc réellement étonnant qu'ils se montrent critiques ...

  Bonjour, Skips8 en effet SFR et les RIP deviendraient alors concurrents, mais les opérateurs ont des difficultés même en se groupant à couvrir certaines zones sans recourir à des solutions alternatives (4G fixe, satellites etc).

   Alors je vois pas bien comment SFR qui n'a pas encore beaucoup sa fibre même sur 45% du territoire, alors qu'Orange qui déploie beaucoup plus ne le fait pas, de plus il vont endetter encore plus SFR et qui va payer la nouvelle facture ?  Donc je n'y crois pas trop.

smile

RUBRIQUE COMMENTAIRE
Bonjour , avant de poster, veuillez vous assurer d'avoir pris connaissance des règles.

X

Quatre consignes avant de réagir :

  • Rester dans le cadre de l'article. Pour des discussions plus générales, vous pouvez utiliser nos forums.
  • Développer son argumentation. Les messages dont le seul but est de mettre de l'huile sur le feu seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Respecter les acteurs de l'informatique et les autres lecteurs. Les messages agressifs, vulgaires, haineux, etc. seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Pour toute remarque concernant une faute dans l'article, merci de nous contacter exclusivement par le formulaire "signaler une erreur" lors de la sélection du texte de l'article (les commentaires portants sur ce sujet seront systématiquement supprimés).