C’est officiel, les frais de roaming disparaîtront totalement dès le 15 juin prochain

Ne manquait plus qu’un accord sur les prix de gros que se facturent les opérateurs entre eux, c’est désormais chose faite. 

Du rêve il y a dix ans à la réalité depuis hier lorsque le Parlement européen a validé en grande pompe ce qui constitue la dernière pierre de l’édifice menant à la fin des frais d’itinérance dans l’UE. Si dès le 15 juin prochain les citoyens de l’Union européenne ne payeront plus aucuns surcoûts lorsque qu’ils utiliseront leur téléphone mobile pour appeler, envoyer des SMS ou surfer sur le net depuis un autre pays de l’Union, les opérateurs, eux, se verront facturer l’itinérance. Au centre des divergences lors de la finalisation de la suppression des frais de roaming, le plafond de ces prix de gros ne font donc plus débat, c’est désormais validé, ils ne dépasseront pas les 3,2 centimes d’euros pour les appels téléphoniques et un centime pour les SMS jusqu’en 2022. S’agissant des données internet, le plafond sera dégressif, le tarif ne pourra dépasser les 7,70 euros par gigaoctet à partir du 15 juin et à partir du 1er janvier 2018, il passera à 6 euros avant de baisser annuellement pour atteindre à terme c’est à dire au 1er janvier 2022, 2,50 euros.

"Il fallait réduire les prix d’itinérance en gros, sinon beaucoup d’opérateurs n’auraient pas pu supprimer les frais d’itinérance sans augmenter leurs tarifs", a déclaré le commissaire en charge du Marché unique numérique, Andrus Ansip, se félicitant enfin d’une mesure qui aura "un impact positif immédiat sur la vie de millions d’Européens".

 

Source : AFP

 

COMMENTAIRES DES LECTEURS (60)
Afficher les 54 premiers commentaires...
Posté le 08 avril 2017 à 09h54
reno69 a écrit
 ce qu'elle ne pourra pas garder c'est la monnaie Européenne !!!  

Qu'elle n'a jamais eu ...

Posté le 08 avril 2017 à 10h15
meni54 a écrit
Petite question chez free ou red de sfr par exemple, quand on appel depuis l étranger vers un mobile depuis un autre pays en Europe c est gratuit. Mais par compte quand on appel depuis la France un pays en Europe sur un mobile c est payant.  Est ce quelqu'un sait si au 15 juin se sera gratuit ça ? je trouve ça tellement anormal si c est pas le cas.

Ce ne sera pas gratuit , puisque ce n'est pas du roaming à proprement parler...

 

Posté le 08 avril 2017 à 12h03
ludohum a écrit
Bonjour, Petite question, sur le forfait à 2 euros faudra t-il toujours créditer de 10 euros pour bénéficier d'appel depuis l'UE , Merci de votre réponse.

Très bonne question.

Posté le 08 avril 2017 à 13h22
sukebe jiji a écrit
Comme il y a plusieurs milliers de lois européenne qui s'appliquent en Angleterre, en 2 ans ils n'ont juste pas le temps de décider quoi faire à la place. Ceci dit ils vont etre obliger de garder une bonne part des réglementations pour une autre raison, s'ils veulent acheter un produit en Europe ils pourront très difficilement imposer que ce soit conforme à leur norme, ça leur sera facturé le prix fort s'ils le veulent, et s'ils veulent vendre, il faut qu'ils respectent les normes européennes.Globalement le hard brexit leur permet de récupérer pas mal de souveraineté, sauf que les inconvénients sont monumentaux, particulièrement sur le plan commercial, et il faut arrêter les préjugés sur l'immigration, avoir plein de monde jeune, motivés qui venait en Angleterre pour trouver du boulot, ça dynamisait l'économie, contrairement à d'autre pays en europe où tu peux venir quasiment à pied faire la manche, les gens qui venaient en Angleterre y était pour travailler et en était capable, les employeurs anglais vont souffrir fortement quand ils n'auront plus cette main d'oeuvre.

Le Royaume-Uni ne va pas plus souffrir d'un manque de main d'oeuvre. Les "spécialistes" et média prédisaient également une forte d'évaluation de leur monnaie, et crise économique de grande ampleur s'il y avait Brexit.

Conséquences à l'annonce et validation du Brexit par le Parlement: leur monnaie a connu une d'évaluation de 6 à 10%, ce qui les a rendu plus compétitifs sur les exportations et donc des effets sur l'emploi. 

Je rappelle que ces 3 dernières années l'Euro a perdu 25% de sa valeur par rapport au dollars. Si l'UE tient avec une monnaie ayant perdu 25% de sa valeur les 3 dernière années. On peut aisément penser que nos chers pragmatiques du Royaume Uni, y survivront correctement...

D'ailleurs depuis la validation du Brexit, nombreuses grandes entreprises étrangères communiquent concrètement leurs intérêts d'investir et s' installer davantage au Royaume-Uni. Des agents économiques, dont le but est de réaliser du profit, iraient donc ce jeter dans un territoire où on leurs promet crise et désolation économique... Moué...

Comment font les autres pays qui ne sont pas dans L'UE alors?

Ils ont simplement des traités bilatéraux (avec un pays précis), ou multilatéraux (avec un ensemble de pays). La Suisse,  la Norvège et l'Islande ne font pas partie de l'UE, néanmoins ils ont des accords commerciaux, des travailleurs etc...

Pareil pour le pays hors UE et EEE,  lesquels arrivent à commercer et faire émigré leurs mains d'oeuvre etc.

D'ailleurs L'UE n'a pas une norme unique en terme de commerce/sanitaire, ni sur plein d'autres thématiques. Il suffit de d'écouter les agriculteurs/éleveurs français, au sujet des produits importés en France par leurs homologues européens...

Posté le 08 avril 2017 à 15h48
Patatos@dit_Jojo a écrit
Comment font les autres pays qui ne sont pas dans L'UE alors? Ils ont simplement des traités bilatéraux (avec un pays précis), ou multilatéraux (avec un ensemble de pays). La Suisse,  la Norvège et l'Islande ne font pas partie de l'UE, néanmoins ils ont des accords commerciaux, des travailleurs etc...

Lol.
Les exemples dont il ne fallait pas parler.

La Norvège comme l'Islande (et le Liechtenstein) sont membres de l'Espace Économique Européen qui comprend ces 3 pays + les 28 de l'UE.
Ils sont, avec la Suisse également membres de l'AELE (association européenne de libre échange, créée en 1960 à la demande des anglais avant qu'ils n'entre dans l'UE).

La Norvège comme l'Islande (la Suisse et le Liechtenstein) et 22 des 28 pays de l'UE sont membres de l'espace Schengen.
Les 6 pays de l'UE qui manquent sont la Bulgarie, la Roumanie, Chypre et la Croatie bien qu'ils manifestent leur envie d'en faire partie tandis que le RU et l'Irlande ont clairement refusé d'en faire partie.

Tu viens donc de comparer des pays qui sont très impliqués à différents niveaux de la construction européenne et qui appliquent une très grosse partie des règles intracommunautaires (celles de l'EEE et de l'espace Schengen notamment) à un pays dont les habitants en partie bernés par un discours politique fallacieux basé sur la haine de l'étranger en général et du travailleur étranger en particulier ont décidé d'en sortir.

Et pour se recentrer sur la téléphonie, preuve que la Norvège comme l'Islande et le Liechtenstein sont très impliqués dans le processus européen, le règlement sur le roaming s'y applique de force.

Posté le 09 avril 2017 à 23h43

Ben moi je suis pas d'accord pour que l'Angleterre bénéficie de ces baisses depuis qu'ils ont choisit de quitter l'Europe alors ils n'ont qu'à se démmerder. et puis quoi encre ils veulent plus être dans l'UE alors qu'ils se débrouillent ! wtf

RUBRIQUE COMMENTAIRE
Bonjour , avant de poster, veuillez vous assurer d'avoir pris connaissance des règles.

X

Quatre consignes avant de réagir :

  • Rester dans le cadre de l'article. Pour des discussions plus générales, vous pouvez utiliser nos forums.
  • Développer son argumentation. Les messages dont le seul but est de mettre de l'huile sur le feu seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Respecter les acteurs de l'informatique et les autres lecteurs. Les messages agressifs, vulgaires, haineux, etc. seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Pour toute remarque concernant une faute dans l'article, merci de nous contacter exclusivement par le formulaire "signaler une erreur" lors de la sélection du texte de l'article (les commentaires portants sur ce sujet seront systématiquement supprimés).