Consolidation des télécoms : un coup de boost pour les opérateurs et un manque à gagner pour les consommateurs ?

Si un marché des télécoms à quatre est un réel bienfait pour le portefeuille des français, un retour à trois acteurs pourrait, lui, faire du bien aux opérateurs.

Ultra-concurrence, baisse effrénée des prix, non monétisation de la 4G, fin du roaming, obligation pour les opérateurs d’élargir leurs activités en vue de trouver de nouvelles sources de revenus, convergence médias-télécoms pour certains, cap sur l’international ou création d’une banque en ligne pour d’autres sans oublier l’émergence d’un nouveau pilier, la publicité ciblée. Depuis 2012 et l’arrivée de Free, la vie à quatre profite donc nettement aux consommateurs mais qu’en est-il pour les opérateurs ?

Dans les faits, il ne s’écoule depuis, pas une année sans rumeurs ni tentatives de consolidation du marché des télécoms. La dernière en date, l’échec du rachat de Bouygues Telecom par Orange en 2016, suivi d’une relance des spéculations et d’une valse des démentis autour de ce dossier début 2017.

Les sons de cloche sont souvent les mêmes actuellement et pourtant. Si Bouygues Telecom dément toutes discussions pour le moment, se voyant continuer en solo après avoir retrouvé de la croissance en 2016 et alors que Free se considère « heureux tout seul » s’appuyant sur ses excellentes performances commerciales en 2016, Stéphane Richard semble quant à lui explicitement ouvert à un retour à trois opérateurs même si Orange apparaît comme étant le mieux armé pour continuer à cohabiter à quatre, fort de ses parts de marché dans le fixe et le mobile.

Dès lors, la consolidation ne serait-elle qu’une question de rentabilité ? C’est en tout cas ce que laissent penser les analystes financiers de chez Goldman Sachs qui ont revu à la baisse cette semaine les cours des quatre opérateurs pour des raisons de rentabilité insuffisante. Un constat confirmé par l’Arcep qui estime que le chiffre d’affaires du marché des télécoms est passé de 40,5 milliards d’euros en 2010 à 32,6 milliards cinq ans plus tard. D’après Le Figaro, un retour à trois opérateurs permettrait donc de faire des économies aux opérateurs restants, dans l’exploitation des réseaux. En effet, cela coûte moins cher d’exploiter trois réseaux mobiles et fixes que quatre et le dispatch des clients n’en serait que plus avantageux voire juteux à trois. Sans oublier les coûts fixes de cette industrie et les investissements onéreux dans la fibre comme le signale un analyste de chez Oddo dans les lignes du Figaro : « Enlever un opérateur revient à automatiquement remonter le rendement de la fibre en répartissant les clients sur trois infrastructures au lieu de quatre ». Enfin, la consolidation aurait pour effet secondaire éventuel, un temps mort dans la bataille des prix qui fait rage actuellement, ce qui se caractériserait comme une vraie cure de jouvence pour les comptes des opérateurs.

Et pour les consommateurs ?

Pour autant, si des discussions venaient à aboutir à l’avenir entre Orange et Bouygues Télécom, quel serait l’impact sur les consommateurs ? Alors que certains pays européens sont déjà passés à trois opérateurs comme en Allemagne et en Autriche, UFC-Que Choisir craint une hausse des prix des forfaits mobiles dans un contexte de tarifs historiquement bas. Afin de pallier à cette éventualité, les autorités européennes imposent désormais une condition préalable à toute autorisation de fusion entre opérateurs mobiles, à savoir, l’obligation pour ces derniers de signer des accords avec des opérateurs mobiles virtuels (MVNO) afin d’attirer la concurrence. Ce fut le cas par exemple en Allemagne.

Malgré tout, le marché français diffère de ceux de ses voisins européens qui ne comptent pas « d’agitateur » comme Free. Si l’opérateur de Xavier Niel venait à rester, il va sans dire qu’une hausse des tarifs mobiles ne pourrait prendre place dans l’hexagone à moins d’un cataclysme de dernière minute. « Il n’y a aucune raison que cela se produise" avait déjà affirmé en guise d’apaisement, Maxime Lombardini, DG d’Iliad en 2014 lorsque que Bouygues s’était positionné pour racheter SFR, en vain.

COMMENTAIRES DES LECTEURS (18)
Posté le 27 mars 2017 à 17h19

Tant que Free sera là, pas de hausse de prix, c'est ce qui fait leur force 

Posté le 27 mars 2017 à 17h20

S'il y a une augmentation de la qualité, pourquoi pas revenir à 3.

 

Posté le 27 mars 2017 à 17h24

une nouvelle annonce demain ? #mardifree

Posté le 27 mars 2017 à 17h42
Nini78 a écrit
Tant que Free sera là, pas de hausse de prix, c'est ce qui fait leur force 

Tant que Xavier sera proprietaire de Illiad. Car s'il revendait à un fond de pension,je suis sure que le lendemain les tarifs augementent.

Posté le 27 mars 2017 à 17h47

"seul Stéphane Richard semble ouvert à un retour à trois opérateurs":

Pas vrai, il y a aussi Patrick Drahi.

Et puis, pour honnête, le dernier essai de fusion a montré que les 4 étaient tous très intéressés.

Posté le 27 mars 2017 à 17h50

En effet ce serait pas un mal un retour à trois. 

Des forfaits bradés, pas ou peu de bénéfices tout cela se fait au détriment des développements réseaux filaires et sans fils 

Posté le 27 mars 2017 à 17h51
agen67000 a écrit
une nouvelle annonce demain ? #mardifree

Offre VP prolongée ?


Dr.X
Envoyer message
 
159 points
Posté le 27 mars 2017 à 18h27
taduarial a écrit
"seul Stéphane Richard semble ouvert à un retour à trois opérateurs": Pas vrai, il y a aussi Patrick Drahi. Et puis, pour honnête, le dernier essai de fusion a montré que les 4 étaient tous très intéressés.

Plus ça ira, plus SFR/Numéricâble se rapprochera des grosses échéances de remboursement des emprunts du LBO, et plus ce sera "urgent" de trouver une solution pour améliorer la rentabilité et remonter du cash.

 

Plus ça va, plus Free a investi dans son propre réseau, moins la reprise d'éléments de réseau d'occasion lors du dépeçage du 4e est attractive... Reste le portefeuille de fréquences à redistribuer... Là, Free restera toujours preneur, s'il veut sa part de 25% du marché, vu qu'il n'a pas 25% du spectre radio


fab123
Envoyer message
 
3291 points
Posté le 27 mars 2017 à 19h29
Renard des ondes a écrit
agen67000 a écrit une nouvelle annonce demain ? #mardifree Offre VP prolongée ?

c'est fait !

mais ça ne vaut pas un vrai #mardifree wink

Posté le 27 mars 2017 à 20h20

A trois ou à quatre, cela fait une différence importante pour les opérateurs qui peuvent, avec les mêmes prix de forfait, mieux rentabiliser leurs équipements en ayant un plus gros gâteau chacun.

Par contre pour les consommateurs, ce qui a fait la différence, c'est avant tout qu'il y ait une concurrence saine entre opérateurs, et ce n'était pas le cas avec Orange / BT / SFR. Si un seul acteur a envie de jouer le jeu, cela suffit.

Comme d'habitude, en s'inquiétant d'un regroupement Orange + Machin qui se traduirait selon eux par une hausse de prix pour le consommateur, UFC Que Choisir est incapable de voir plus loin qu'un chiffre de 3 ou 4 et de sortir d'un raisonnement purement dogmatique. Incapable aussi de voir le sens de l'histoire technologique... Je ne suis pas surpris...

Posté le 27 mars 2017 à 20h25
gdnico a écrit
Nini78 a écrit Tant que Free sera là, pas de hausse de prix, c'est ce qui fait leur force  Tant que Xavier sera proprietaire de Illiad. Car s'il revendait à un fond de pension,je suis sure que le lendemain les tarifs augementent.

on peut très bien vivre avec un forfait à 2 euros... en s'organisant bien. ET puis, il y a les mnvo.
Ces derniers pourraient-ils survivre dans un marché à 3 opérateurs, sans attirer les transfuges avec des prix ultra-compétitifs?

Posté le 27 mars 2017 à 20h48
taduarial a écrit
"seul Stéphane Richard semble ouvert à un retour à trois opérateurs": Pas vrai, il y a aussi Patrick Drahi. Et puis, pour honnête, le dernier essai de fusion a montré que les 4 étaient tous très intéressés.

La vérité c'est que Orange a toujours voulu.  S a menti en disant que les prix n'augmenteront pas et les pseudo analystes corrompus ont dit la même chose. 

Passer à 3 opérateurs quand on est 4, ça fait des dégâts au niveau social (côté entreprise) et pour nous aussi.

Pourquoi passer à 3 quand on peut vivre à 4 ? Réponse : l'offre et la demande. 

Passer à 3 pour rester dans son canapé à ne pas investir, c'est ce que 3 des 4 veulent

Posté le 27 mars 2017 à 21h14
Nini78 a écrit
Tant que Free sera là, pas de hausse de prix, c'est ce qui fait leur force 

Faux. A Monaco, et en Suisse, opérateur Salt racheté par Xavier Niel, les prix sont élevés. Il ne faut pas être naïf, Free s'est taillé une place dans le marché alors qu'il était petiit en faisant des prix bas pour gagner des parts de marché, mais maintenant qu'il est gros, les prix ont remonté. Pour le fixe, on est passé de 30 € en 2002, à 40 € en 2016.

 

Le retour a trois verraient remonter les prix et serait très négatif pour les consommateurs. Ce sont les actionnaires des trois restants qui s'enrichiraient.

 

Rq : SFR est en bien moindre santé que Bouygues Telecom, à cause de son énorme dette de 15 milliards d'euros. Il est passé dans le rouge (résultat net de -218 millions d'euros en 2016), et ne dégage pas de marge lui permettant de rembourser ses dettes. C'est lui qui a surtout intérêt au retour à 3, pour remonter ses prix, et dégager les marges qui lui permettront de rembourser ces dettes. Ce n'est pas l'intérêt des consommateurs.

 

Mais de toute façon, cela ne passerait pas, à cause de l'autorité de la concurrence. Et Free a de moins d'intérêt à racheter des sites mobiles Bouygues Telecom. SFR, lui, ne peut plus racheter Bouygues Telecom (trop endetté).

Posté le 27 mars 2017 à 22h47
thhornass6 a écrit
S'il y a une augmentation de la qualité, pourquoi pas revenir à 3.  

Parce que c'est extrêmement mauvais pour une saine concurrence.

Tu veux revenir à la période pré 2012 ? Moi pas, même avec Free dans les parages.

Posté le 27 mars 2017 à 22h56
pepelemoko a écrit
Il ne faut pas être naïf, Free s'est taillé une place dans le marché alors qu'il était petiit en faisant des prix bas pour gagner des parts de marché, mais maintenant qu'il est gros, les prix ont remonté. Pour le fixe, on est passé de 30 € en 2002, à 40 € en 2016.
-----------------------------------------------------------------------------
Tu racontes n"importe quoi. Les prix n'ont pas augmenté d'un centime chez Free. En Euros constants ils ont même baissés et de beaucoup.
Ce qui a changé, c'est l'offre qui s'est élargie. La révolution est une offre premium et donc plus chère. Personne ne vous a obligé à passer sur cette offre, vous pouviez parfaitement rester sur la V5 qui était toujours commercialisé et qui a fini par être remplacé depuis 2 ans par la Mini 4K et toujours pour le même prix depuis 15 ans : 29,99€/mois
Et pour ce tarif on peut même bénéficier de la fibre plein pot.
Posté le 27 mars 2017 à 23h33
Freedun a écrit
taduarial a écrit "seul Stéphane Richard semble ouvert à un retour à trois opérateurs": Pas vrai, il y a aussi Patrick Drahi. Et puis, pour honnête, le dernier essai de fusion a montré que les 4 étaient tous très intéressés. La vérité c'est que Orange a toujours voulu.  S a menti en disant que les prix n'augmenteront pas et les pseudo analystes corrompus ont dit la même chose.  Passer à 3 opérateurs quand on est 4, ça fait des dégâts au niveau social (côté entreprise) et pour nous aussi. Pourquoi passer à 3 quand on peut vivre à 4 ? Réponse : l'offre et la demande.  Passer à 3 pour rester dans son canapé à ne pas investir, c'est ce que 3 des 4 veulent

ah ça, on est d'accord. Le canapé...


reno69
Envoyer message
 
18529 points
Posté le 28 mars 2017 à 00h40

  Bonjour, si le passage de 4 à 3 opérateurs est souhaité par tous, cela n'est pas du tout dans l'intérêt des consommateurs, et dire qu'ils investiront plus à 3 qu'à 4 rien n'est vraiment sur, c'est la concurrence qui pousse les opérateurs à investir plus pour se différentier !!!

  Avec le succès que rencontre Free, ne plus avoir Bouygues pour l'aiguillonner il y a le risque qu'il soit moins agressif, c'est vrai que maintenant SFR avec le remboursement de la dette va probablement être aussi contraint de se battre, mais ils ont malgré tout une tendance naturelle à augmenter les prix, ce qui n'est pas encore vraiment le cas de Free/Iliad ...

wink

 

Posté le 28 mars 2017 à 09h06
pepelemoko a écrit
Nini78 a écrit Tant que Free sera là, pas de hausse de prix, c'est ce qui fait leur force  Faux. A Monaco, et en Suisse, opérateur Salt racheté par Xavier Niel, les prix sont élevés. Il ne faut pas être naïf, Free s'est taillé une place dans le marché alors qu'il était petiit en faisant des prix bas pour gagner des parts de marché, mais maintenant qu'il est gros, les prix ont remonté. Pour le fixe, on est passé de 30 € en 2002, à 40 € en 2016.   Le retour a trois verraient remonter les prix et serait très négatif pour les consommateurs. Ce sont les actionnaires des trois restants qui s'enrichiraient.   Rq : SFR est en bien moindre santé que Bouygues Telecom, à cause de son énorme dette de 15 milliards d'euros. Il est passé dans le rouge (résultat net de -218 millions d'euros en 2016), et ne dégage pas de marge lui permettant de rembourser ses dettes. C'est lui qui a surtout intérêt au retour à 3, pour remonter ses prix, et dégager les marges qui lui permettront de rembourser ces dettes. Ce n'est pas l'intérêt des consommateurs.   Mais de toute façon, cela ne passerait pas, à cause de l'autorité de la concurrence. Et Free a de moins d'intérêt à racheter des sites mobiles Bouygues Telecom. SFR, lui, ne peut plus racheter Bouygues Telecom (trop endetté).

ok. on compare les salaires entre france, suisse et monaco? 

ca risque d etre marrant...

sinon comme ca a ete dit plus haut, non les preix n ont pas augmenté. l offre de base chez illiad est meme a 20 euro. 

et niel en 2012 aurait pu se mettre a 30 euro pour son offre mobile, ca n aurait choqué personne je pense.

mais s il fait sa marge avec 20 euro, il ne se gene pas pour bousculer un grand coup le marché. idem pour la 4G illimitée en ce moment. 

RUBRIQUE COMMENTAIRE
Bonjour , avant de poster, veuillez vous assurer d'avoir pris connaissance des règles.

X

Quatre consignes avant de réagir :

  • Rester dans le cadre de l'article. Pour des discussions plus générales, vous pouvez utiliser nos forums.
  • Développer son argumentation. Les messages dont le seul but est de mettre de l'huile sur le feu seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Respecter les acteurs de l'informatique et les autres lecteurs. Les messages agressifs, vulgaires, haineux, etc. seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Pour toute remarque concernant une faute dans l'article, merci de nous contacter exclusivement par le formulaire "signaler une erreur" lors de la sélection du texte de l'article (les commentaires portants sur ce sujet seront systématiquement supprimés).