Guerre des contenus : Orange et SFR, un possible duopole qui pourrait nuire à Free et Bouygues Télécom ?

 

Convergence ou déploiement de la 4G et de la fibre, il faut choisir. 

 

C’est un état de fait, Sébastien Soriano, président de l’ARCEP, ne cesse de s’inquiéter de l’intérêt de SFR ou d’Orange pour la convergence médias-télécoms. Le risque majeur : un frein réel pour les investissements dans la 4G et la fibre. Les deux mastodontes financiers pourraient même finir par créer un duopole à l’avenir.

En effet, les contenus sont devenus le nerf de la guerre et chez l’opérateur au carré rouge, on ne se le cache pas : « notre groupe, ce sont mille spécialistes des contenus. Ce ne sont pas seulement des gens de télécoms qui essaient de faire du contenu. Sur la convergence, il n’y a pas de débat. Au Royaume-Uni, British Telecom, qui sert de modèle à SFR, a investi dans les contenus pour recruter des abonnés. Il est indispensable que des opérateurs fassent de même, sinon leur valeur ajoutée sera extrêmement faible », soulignait Alain Weil le patron de SFR Media en janvier dernier.

Droits sportifs, cinéma et presse, voici les enjeux de demain en parallèle du déploiement de la fibre et de la 4G dans l’hexagone. A ce propos, l’opérateur historique ne le nie plus. Sébastien Soriano s’en était d’ailleurs agacé le 29 janvier dernier dans le Financial Times : « il y a un fort risque que cela diffère les investissements dans les réseaux télécoms en France. Je préférerais les entendre avec un message clair disant qu’ils investissent dans la fibre, la 4G, la 5G, plutôt que cette discussion permanente sur le contenu.»

Orange veut sécuriser l’accès aux contenus premiums

En effet, du côté d’Orange, Stéphane Richard l’a encore une fois rappelé la semaine dernière : « Orange est un acteur important dans la télévision avec 7 millions de clients en France, donc le groupe s’intéresse forcément au sujet des contenus, Orange doit surtout sécuriser l’accès de tous ses clients aux meilleurs contenus », et se dit « être attentif à tout sur le marché français », car « il est impensable que nos clients puissent être non pas privés parce qu’il n’y aura pas d’exclusivité, mais en tout cas que les conditions économiques de l’accès à ces programmes puissent être bouleversées par un changement de donne dans la répartition de ces droits », avant de conclure que « si on doit intervenir plus directement pour protéger nos intérêts, on le fera. » Une sorte de mise en garde pour SFR et l’affirmation d’une volonté de consolidation avec Canal+ afin de contrer probablement l’appétit gargantuesque de Patrick Drahi.

L’Arcep voit d’un mauvais oeil une situation de duopole

Pourtant Sébastien Soriano avait déjà averti dans le Financial Times le mois dernier qu’ « un scénario vraiment mauvais pour nous serait un scénario où deux joueurs seraient engagés dans des stratégies de différenciation des médias. Il y a un risque élevé que le marché se dirige vers un duopole, ce qui pour nous est terrible. Les duopoles sont très difficiles à réglementer. » Avant d’ajouter que pour l’heure, le régulateur était en quelque sorte impuissant face à la convergence et que si la tendance se développait, « un nouveau cadre réglementaire pourrait être nécessaire. »

Bouygues ne suit pas

Cette obsession pour la convergence selon le site Edition Multimédi@, pourrait faire ainsi « basculer dans un duopole néfaste », qui viendrait « cette fois de la bataille sur de coûteux contenus qui pourraient disqualifier les opérateurs concurrents qui n’auraient pas les reins assez solides pour surenchérir. ». En conclusion : « si Orange et SFR persistent dans cette bataille médiatique , Bouygues Telecom et Free pourraient en pâtir et voir leur avenir hypothéqué. » L’opérateur de Martin Bouygues est on ne peut plus clair sur la question : il est hors de question d’entrer dans cette guerre des contenus, le réseau passe est prioritaire comme le martelait Didier Casas, DG adjoint de l’opérateur le mois dernier : « nous considérons que notre métier est avant tout d’investir dans les réseaux ». A ses yeux, « chaque euro qui est investi pour acheter les droits du football anglais, d’un championnat ou pour produire des séries, sont des euros qui ne sont pas investis dans les réseaux. ».

Xavier Niel et Mediawan

Du côté de Free, Xavier Niel souhaite développer ses activités dans l’audiovisuel. Mais contrairement à Patrick Drahi, les actifs télécoms et médias du fondateur de Free sont logés dans des entités différentes. En effet c’est au travers de Mediawan, le fonds créé avec Pierre-Antoine Capton et Matthieu Pigasse, que Xavier Niel investit dans les médias audiovisuels. Cela implique que tous les projets que va lancer Mediawan ne se retrouveront pas, de facto, sur la Freebox, mais les négociations seront grandement facilitées.

 

 

COMMENTAIRES DES LECTEURS (15)
Posté le 27 février 2017 à 10h38

et quid du tour de passe passe sur la TVA avec l'option Presse...?

ca va devenir la mode ?

Posté le 27 février 2017 à 10h51
Skippy69 a écrit
et quid du tour de passe passe sur la TVA avec l'option Presse...? ca va devenir la mode ?

À priori oui, Free fait la même chose avec l'option TV by Canal...

Posté le 27 février 2017 à 10h55

c'est moyennement vrai, Bouygues a un peu de contenus, il fut même le 1er à le faire (groupe tf1 depuis la fin des années 80).

Free se lance, essaie en tout cas (avec AB). On pourra juger à la fin, ils étaient tous à égalité et proche du point 0 au départ.

Posté le 27 février 2017 à 11h03
taduarial a écrit
c'est moyennement vrai, Bouygues a un peu de contenus, il fut même le 1er à le faire (groupe tf1 depuis la fin des années 80). Free se lance, essaie en tout cas (avec AB). On pourra juger à la fin, ils étaient tous à égalité et proche du point 0 au départ.

http://www.groupe-tf1.fr/fr/groupe/organisation-et-activité-du-groupe

Posté le 27 février 2017 à 11h04

C'est pas bon pour Bouygues Télécom ...

Mais aussi pour TF1 s'il ne fond rien rapidement

Free visiblement est en cours de développement sur le sujet

Posté le 27 février 2017 à 11h05

AB , soit la boite qui possède les droits des musclés et de la fête au village ?

Ca c'est du contenu premium !

Can't wait ...

Posté le 27 février 2017 à 11h11
thhornass6 a écrit
AB , soit la boite qui possède les droits des musclés et de la fête au village ? Ca c'est du contenu premium ! Can't wait ...

C'est vrai que si c'était Drahi qui avait racheté AB Production, on en rigolerait ici à mort (et bien plus).

:p

Posté le 27 février 2017 à 11h14

Et la qualité des contenus et des programmes dans tout ça ?! 

Toujours plus gros, toujours plus forts....toujours plus nuls.frown

Pour une fois, dans cette guerre là, j'avoue approuver la sagesse et la stratégie de Bouygues.

 

Posté le 27 février 2017 à 12h28

c'est la mode du "premium" en ces temps, après que vont ils inventer pour vendre plus cher ?

Posté le 27 février 2017 à 13h06

Avoir de la 4G avec des 50 Go ou plus de Data pour ne pas avoir de contenus a quoi bon?

2 opérateurs l'ont compris

Les contenus ne sont pas top pour certains mais au moins on peut consommer plus :) donc dépenser plus

Posté le 27 février 2017 à 13h08
La mode n'est pas au prémium mais au low cost le pas cher dans tous les domaines ce qui limite l'investissement, le développement et donc la qualité du réseau par exemple ... petit forfait ... petit réseau
b10489 a écrit
c'est la mode du "premium" en ces temps, après que vont ils inventer pour vendre plus cher ?

 

Posté le 27 février 2017 à 15h11
thhornass6 a écrit
AB , soit la boite qui possède les droits des musclés et de la fête au village ? Ca c'est du contenu premium ! Can't wait ...

Vous avez raison, mais aussi vous avez tort : Mediawan a acheté un outil de production. AB production a été la seule boite à produire autant d'heures de programmes montés, avec  le son en si peu de temps au grandes années sur TF1. Les scénarios étaient minables, les comédiens pourris, mais la production était là ! Qui aujourd'hui osera dire qu'Ingrid Chauvin, les regrettés Filip Nikolic ou Roger Hanin avec Navarro sont de piètres comédiens. Pourtant, ils sont passés par les productions AB. Et font encore de l'audimat aujourd'hui (et l'audimat de TF1 d'aujourd'hui n'est plus du tout celui d'hier). La maison de production AB vaut beaucoup pour ses capacités de production, peu pour ses productions, qui sont souvent liées au contrat qui la lie avec le diffuseur, qui souhaite payer peu pour ses programmes. D'où les scénaristes bon marché (notamment le boss Jean-Luc Azoulay sous le pseudo Jean-François Porry).

Azoulay et Berda partis, les investisseurs vont dépenser des sous pour en faire une vitrine de productions premium.

Et ils vont en profiter pour changer de nom et qu'on oublie AB...

Posté le 27 février 2017 à 17h39

L'arcep se trompe Free et BT non plus qu' a fournir une solution pour regarder les chaines gratuites un peu comme les newsgroup et hop le duopole se cassera la gueule :-)

Posté le 27 février 2017 à 22h27

Ca devient inquiétant: les opérateurs vous rendent esclaves de votre télévision et vous ne vous en rendez meme pas compte !

 

Posté le 28 février 2017 à 14h13

Didier Casas, DG adjoint de l’opérateur le mois dernier : « nous considérons que notre métier est avant tout d’investir dans les réseaux ». A ses yeux, « chaque euro qui est investi pour acheter les droits du football anglais, d’un championnat ou pour produire des séries, sont des euros qui ne sont pas investis dans les réseaux. ».

 

Par contre, ça ne les dérange pas de payer pour des contenus qui devraient être gratuits comme la diffusion de TF1 et M6. Heureusement que le ridicule ne tue pas.

RUBRIQUE COMMENTAIRE
Bonjour , avant de poster, veuillez vous assurer d'avoir pris connaissance des règles.

X

Cinq consignes avant de réagir :

  • Rester dans le cadre de l'article. Pour des discussions plus générales, vous pouvez utiliser nos forums.
  • Développer son argumentation. Les messages dont le seul but est de mettre de l'huile sur le feu seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Respecter les acteurs de l'informatique et les autres lecteurs. Les messages agressifs, vulgaires, haineux, etc. seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Pour toute remarque concernant le contenu de l'article, pour nous signaler une erreur, une faute d'orthographe, une omission, merci de nous contacter exclusivement par email;
  • Relisez-vous, n'abusez pas des majuscules et profitez de l'aide du navigateur en activant la correction orthographique